Sud-Kivu: Les organisations de défense des droits de l’homme alertent sur les menaces “persistantes” contre le Professeur Bugeme Zigashane

Sud-Kivu: Les organisations de défense des droits de l’homme alertent sur les menaces “persistantes” contre le Professeur Bugeme Zigashane

Le réseaux des organisations de promotion et de défense des droits de l’homme, membres de la Société Civile du Sud-Kivu alertent sur les “menaces persistantes” contre le défenseur des droits humains, le professeur Bugeme Zigashane. Ces structures ont lancé cette alerte au cours d’un point de presse tenu ce jeudi 17 mars 2022 au Bureau de Coordination de la Société Civile du Sud-Kivu.

Ces organisations indiquent que le professeur Bugeme est menacé par certaines personnes qui s’identifient comme un groupe armé opérant dans la plaine de la Ruzizi et dans les Hauts et Moyens Plateaux d’Uvira.

Inscription ISJC

” Toute analyse porte à croire qu’à la base, il existe un réseau d’hommes et des femmes en lien avec les groupes armés qui écument nos campagnes et que leur association aurait pour volonté manifeste la déstabilisation des Défenseurs des Droits Humains et certains cadres des services publics de l’Etat. (…) Nous sommes instamment préoccupés par le cas du professeur Bugeme Zigashane communément appelé Ziga, animateur de l’organisation des Droits Humains IDHE, victime d’intimidations et menaces réelles de mort”, Alertent ces organisations de promotion et de défense des Droits Humains.

Elles font savoir que ces menaces ont poussé le professeur Zigashane à la démission de son poste du comité de gestion de l’Institut Supérieur de Développement Rural (ISDR-Bukavu).

A ces structures d’ajouter que ces menaces dont le professeur Bugeme Zigashane est victime, viennent des personnes qui s’identifient comme des éléments des groupes armés clandestins actifs dans la plaine de la Rizizi et dans les plateaux d’Uvira et que ces éléments déclarent être en lien opérationnel avec leurs parents militaires des Forcées Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC).

” Ce réseau en question utilise impunément au vu et au su des services de sécurité, les médias classiques et les réseaux sociaux. Ils lancent des messages de terreur ou de propagation de la haine ou alors de stigmatisation de l’autre et d’appel à la violence. Nombreux parmi nous sont de ceux-là ciblés par des chantages et autres actes que posent ces réseaux”, poursuivent ces organisations de promotion et de Défense des Droits de l’Homme.

Elles disent noter avec stupeur dans le cadre de leur travail de monitoring journalier sur l’évolution de la situation des Droits de l’Homme en province du Sud-Kivu, la montée d’un climat malsain de tension entre les tribus et communautés qui cohabitent en province.

Cependant, ces organisations de défense des droits humains lancent un appel pathétique au près des autorités de la province et aux instances sécuritaires en vue de procéder au démantèlement du réseau de déstabilisation décrié et de déférer devant les cours et tribunaux les auteurs des menaces et des discours dd haine.

Moïse Aganze

Inscription ISJC

La Rédaction JamboRDC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.