Kalehe : la MONUSCO a fermé son Camp à Bunyakiri

La base de la Mission de l’Organisation des nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) de Bunyakiri dans le territoire de Kalehe au Sud-Kivu a été fermé depuis ce vendredi 19 avril. La cérémonie a été présidé par le gouverneur intérimaire Marc Malago Kashekere en présence des autorités locales et des représentants  la MONUSCO en RDC.

Cette base qui était occupée par les contingents pakistanais a été officiellement remise aux Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC).  Avant la signature du mémorandum de transfert du site et des matériels indique la cellule de communication du gouvernorat, les drapeaux des nations Unies et du Pakistan ont été abaissés, symbolisant la fin de la présence de la Mission à Bunyakiri.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Puis s’en est suivi le geste hautement significatif du drapeau de la RDC qui a été hissé sous le rythme de l’hymne nationale.

Il faut dire que ce moment marque la transition de la responsabilité sécuritaire de la MONUSCO vers les forces loyaliste de la RDC. Occasion pour l’autorité provinciale de souligner l’importance de cette étape dans le processus de désengagement de la mission onusienne.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Rappelons que ce désengagement s’opère dans un contexte particulier, où la RDC est résolument engagée dans la lutte contre l’agression rwandaise. Ce transfert est donc un signal fort de souveraineté des FARDC à assurer la sécurité du territoire national.

Le transfert de la base de la MONUSCO à Bunyakiri aux autorités congolaises est le troisième au Sud-Kiu après la base de Kamanyola dans le territoire de Walungu et celle d’Amsar dans le territoire de Kabare.

Rédaction

 

Un commentaire sur « Kalehe : la MONUSCO a fermé son Camp à Bunyakiri »

  1. La fermeture d’un site de la MONUSCO impliqué dans des viols en RDC est une étape cruciale vers la justice et la protection des droits humains. Cela envoie un message fort que de tels actes ne seront pas tolérés et que les responsables seront tenus pour compte. C’est un pas dans la bonne direction pour garantir la sécurité et la dignité des populations vulnérables en RDC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.