Sud-Kivu : Le mouvement SAJECEK dénonce une mafia au sein du FONER

Sud-Kivu : Le mouvement SAJECEK dénonce  une mafia au sein du FONER

Le mouvement des jeunes dénommé SAJECEK/FORCES VIVES dénonce le détournement des deniers publics perçus par un groupe d’agents du Fonds national d’entretien routier (FONER) auprès des contribuables sans quittance et décrie le mauvais état routes, base de plusieurs accidents mortels en province du Sud-Kivu.

Dans un bulletin surprise n°047 publié le 19 décembre par son président, Me Robert Njangala, cette structure citoyenne déplore la violation par des agents du FONER de la nomenclature fixant  à 5, 10 et 15 dollars américains les frais à payer par les usagers de la route.

« (…) Les agents de FONER soumettent les usagers de la route au paiement de 5000FC au lieu de 5$, 13000FC en lieu et place de 10$, 18000Fc au lieu de 15$ et cela sans quittance. Cette mafia est organisée en complicité avec leur hiérarchie qui y tire profit en s’emparant de la part du lion à travers le ‘‘rapport’’ leur déposé régulièrement et de manière obligatoire », lit-on dans ce bulletin.

Sajecek, citant des postes FONER de Miti, Mugogo et Nyatende, laisse entendre que la taxe qui était jadis perçue pour une circulation journalière est devenue actuellement payable à chaque passage du véhicule et par conséquent, aucune traçabilité sur les infrastructures en état de précarité avancé.

« La conséquence de cette pratique mafieuse se fait remarquer sur les routes de la province. La route qui va de Bukavu à Kamituga, Bukavu-Fizi en passant par Uvira, Bukavu-Bunyakiri, Bukavu-Goma et plusieurs route de la ville de Bukavu se trouvent en état de délabrement avancé. On ne voit pas l’impact de la taxe perçu par le FONER sur les infrastructures routières de la Province », décrie-t-il.

Cette structure citoyenne déplore le récent accident survenu sur la route Bunyakiri-Bukavu dans lequel plus de 17 personnes ont péri et d’autres blessés, accident lié au mauvais état de cette route dont un poste opérationnel du FONER est installé à l’entrée, celui de Miti.

Sajecek/Forces vives exhorte tout simplement « la suspension de tous les agents impliqués dans cette mafia » et souhaite que les fonds perçus par cette entreprise soient réellement utilisés pour l’entretien des routes en province.

Jean-Marie Mulume

Jambo1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.