Sud-Kivu : KJN forme des jeunes sur le monitoring et le plaidoyer en faveur des droits humains

Dans le but d’impliquer les jeunes dans la promotion et la défense des droits humains en province du Sud-Kivu, l’organisation Karibu jeunesse Nouvelle, KJN forme depuis ce vendredi 06 novembre 2020, les organisations des jeunes sur le monitoring et le plaidoyer en faveurs des défenseurs des droits humains. Opportunité pour cette organisation de publier officiellement le rapport de la documentation menée sur la situation des droits de l’homme de 2017 jusqu’en 2019.

Pendant deux jours de formation soit du 06 au 07 novembre 2020, ces jeunes issus des différentes organisations seront outillés sur les connaissances de monitoring et plaidoyer pour qu’ils se documentent des cas de violations des droits humains après cet atelier.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

A cette occasion, la présidente de Karibu jeunesse nouvelle, Madame Jolly Kamuntu rendu les chiffres de violations des droits humains évalués autours de 1.600 cas dans six territoires de la province du Sud-Kivu parmi les huit qu’elle compte.

« De 2017 à 2019, 1650 cas de violations des droits de l’homme ont été répertoriés. 53% des cas sont situés en lieu ruraux et 47% en milieu urbain. A la première liste il y a des violations basées sur le genre, des violences sexuelles, les conditions des détentions précaires, des arrestations arbitraires, des tracasseries etc. », a révélé Jolly Kamuntu.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Pour faire face à ce tableau sombre en province, Karibu jeunesse nouvelle recommande à l’état congolais de s’engager courageusement pour une politique responsable et respectueuse des droits de l’homme, ceci avant de lui demander de sécuriser l’ensemble du territoire pour éviter la perpétration des violations des droits humains favorisées par l’insécurité.

A noter que cet atelier de formation réuni une cinquantaine des jeunes filles et garçons délégués des organisations locales, les autorités, les médias et les défenseurs des droits humaines membres de la société civile, proviennent de la ville de Bukavu Bukavu et des territoires (Walungu, Idjwi, Kabare, Kalehe, Uvira et Fizi).

Elie Bigaba, JRI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.