RDC : La Dynamique 50% des femmes appelle des femmes parlementaires à adhérer à l’Union Sacrée

La Dynamique 50% des Femmes ou rien vient d’adhérer à l’Union Sacrée pour la Nation prônée par le Président de la République Démocratique du Congo, Monsieur Félix Antoine Tshisekedi. Ceci pour faire progresser les objectifs de la participation politique de la femme au pays. Cette structure a exprimée cette adhésion au cours d’un point de presse tenu ce mercredi 27 janvier 2021 à Bukavu dans la province du Sud-Kivu.

« Nous, membres de la Dynamique 50% des femmes pour le respect de l’article 14 de la constitution en RDC, prenant en considération le rôle d’actrice principale et dynamique que devait jouer la femme dans l’asphere politique, recommandons aux chef de l’Etat de faire de la mise en œuvre de la parité homme-femme son cheval de bataille au sein de l’Union Sacrée. Aux chefs des partis politiques de traduire en acte concret leur discours sur la parité en allignant les femmes sur les listes des candidats des partis politiques aussi bien pour les postes électifs que pour les postes nominatifs », a fait savoir la Responsable de cette dynamique devant la presse.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Cette dernière demande également aux femmes parlementaires d’adhérer à l’Union Sacrée au lieu de rester à l’écart et ne pas ainsi pratiquer la politique de la chaise vide qui selon elle souvent ne paye pas.

Dans sa communication, cette structure des femmes se dit prendre note des progrès et défis dans la mise en œuvre de la loi sur la parité et de la position des femmes dans la vie politique en RDC. Ceci avant de rappeler des engagements importants pris par le gouvernement congolais dans la mise en œuvre de la loi précitée.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Elle salue en outre, les efforts déjà fournis jusque là pour rendre effective la participation de la femme aux postes de prise des décisions avant de souligner par ailleurs qu’elle est profondément préoccupée par la persistance des inégalités dans le partage des postes politiques à certains niveaux.

Moïse Aganze

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.