Bukavu : Des habitants s’alarment sur l’instabilité du prix des produits alimentaires sur les marchés

La variation de prix des produits de première nécessité s’observe ce dernier temps sur les marchés commerciaux de la province du Sud-Kivu en général et ceux de Bukavu en particulier. Une situation qui inquiète plus d’un observateur. Tel est le constat fait par un reporter de jambordc.info au cours d’une descente effectuée dans certains marchés de la ville de Bukavu ce mardi 26 janvier 2021.

Selon ce constat, dans le marché central de kadutu par exemple, 25 kg du riz de Pakistan qui coûtait 17,75 dollars se négocie ce dernier temps à 20,5 dollars, 1 kg du riz de Pakistan qui s’achètait à 1500 FC s’achète actuellement à 1950 FC, celui de Tanzanie qui se vendait à 1600 fc revient à 2000fc, 10 kg de pommes de terre qui coûtaient 5000 fc se vendent à 9000 fc.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Dans les marchés de Nyawera et Feu rouge, 10 kg de farine de manioc qui s’achetaient à 7000 FC se négocient actuellement à 10 000 FC, 20 litres d’huile d’arachide qui coûtaient 46 000 FC s’achètent à 63 000 FC, 25 kg de farine de maïs cemoule qui coûtaient 13 dollars se négocient à 15 dollars, un sachet du sel qui s’achètait à 300 fc se vend à 500 FC, 1 kg de viande rouge qui coûtait 6000 fc revient à 9000 fc.

Certains vendeurs et vendeuses rencontrés dans différents marchés de la place font savoir que la hausse des denrées alimentaires sur les marchés est dûe à l’instabilité du taux d’échange et de la crise monétaire, car selon eux, 1dollars américains vaut actuellement 2000 FC, 2300 FC voir même 2400 FC. Une situation qui ne leur facilite pas la vente par manque de clientèle.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Ces deniers appellent cependant, les autorités sectorielles à s’impliquer pour stabiliser le taux d’échange afin de leur permettre de mener leurs activités quotidiennes en toute quiétude et épargner aussi des familles démunies de la famine qui s’annonce déjà suite à cette instabilité du prix des produits de première nécessité.

D’aucuns estiment que cette situation mérite une solution urgente pour prévenir plusieurs maladies dûes à la malnutrition surtout en cette période de la crise sanitaire au pays, et permettre aux habitants de cette contrée de se ravitailler chacun selon ses moyens financiers.

Signalons que cette même situation d’instabilité des prix des produits alimentaires se remarque aussi dans le territoire de Mwenga suite à la dégradation avancée des routes des dessertes agricoles dans cette partie du Sud-Kivu.

Francine Cikezo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.