Insécurité à Bagira : La NDSCI peint un tableau sombre des cas enregistrés de janvier en décembre 2020

9 personnes assassinées par balles, 19 corsps sans vie ramassés, 2 personnes décédées dans un éboulement de terre, 4 cas de justice populaire, 2 cas d’enlèvement ainsi que plus de 60 maisons visitées par des bandits armés. Tel est le bilan des cas d’insécurité enregistrés dans différents quartiers de la commune de Bagira dans la ville de Bukavu au Sud-Kivu. Un bilan dressé par la Nouvelle Dynamique de la Société Civile (NDSCI) noyau communal de Bagira en période allant de janvier en décembre 2020, soit 11 mois.

Dans ce rapport annuel rendu public ce jeudi 17 décembre et dont une copie a été réservée à la rédaction de Jambordc.info, la NDSCI souligne que ces cas d’insécurité ont été enregistrés presque dans tous les 10 quartiers que comptent la commune de Bagira. Ceci avant d’énumérer les causes de cette insécurité signalée dans cette contrée.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« La fabrication, la vente et la consommation abusive des boissons fortement alcoolisées, la prolifération des maisons de tolérance, la présence des militaires et policiers en promenade avec des armes dans différents quartiers, l’absence des bureaux de la police dans certains quartiers, l’incompétence des certains cadres de base, manque de contrôle des mouvements d’entrée et de sortie de la population, l’absence de l’éclairage public, la non organisation des forums des quartiers, sont là les causes de l’insécurité grandissante dans notre commune de Bagira », peut-on lire dans les collonnes de ce rapport.

Pour faire face à la recrudescence de cette insécurité dans cette partie de la ville de Bukavu, cette structure citoyenne recommande aux autorités ayant la sécurité dans leurs attributions, le renforcement des éléments de la police dans chaque quartier, le scellage, la fermeture des maisons de vente de la chanvre et boissons fortement alcoolisées.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

La NDSCI-Bagira insiste sur l’indentification de chaque militaire et policier avec son arme résidant dans la cité, l’installation des contennaires de la police dans certains quartiers où il n’y en a pas encore comme Kanoshe, Cibera et Mulwa ainsi que la multiplication des bureaux de la police dans les quartiers contenant beaucoup d’avenues.

Elle propose également l’installation des lampadaires solaires et projecteurs dans les avenues, l’organisation des patrouilles et couvre-feu pour identifier et traquer les malfaiteurs, l’organisation de forums des quartiers au moins une fois par mois, le contrôle strict de mouvements d’entrée et de sortie des populations ainsi que la nomination des cadres de base competents.

La NDSCI appelle par ailleurs, la population de rester en alerte tout en collaborant avec les services de sécurité, la société civile et cadres de base et de dénoncer avec route énergie tous les cas d’insécurité dans leur entité.

Pour rappel, l’insécurité a élu domicile dans la ville de Bukavu en général et dans la commune de Bagira en particulier. Une situation observée à grande echelle dans les derniers mois de l’année en cours en prélude des cérémonies festives de fin d’année et de nouvel an.

Moïse Aganze

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.