Sud-Kivu : Le BCSC en guerre contre la recrudescence de l’insécurité en Province

Le Bureau de Coordination de la Société Civile (BCSC) condamne avec amertume la recrudescence d’insécurité sous différentes formes, notemment des cas d’assassinats ciblés, des viols et pillages dont sont victimes les habitants de la province du Sud-Kivu dans l’Est de la République Démocratique du Congo. Cette structure citoyenne l’a dit dans une déclaration sur la situation sécuritaire et judiciaire dans cette partie du pays que jambordc.info à exploiter ce jeudi 21 janvier 2021.

Selon l’esprit de cette déclaration, la province du Sud-Kivu fait face à une criminalité accrue, la population reste désemparée malgré le fait que des services de sécurité donnent le meilleur d’eux-mêmes mais le gros reste à faire.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Le BCSC regrette de constater que chaque jour ce sont des cas des corps sans vie, des coups de balles par ici, des attaques ciblées par là, l’insécurité qui se normalise et se généralise sous l’œil impuissant des autorités compétentes.

Dans ce même document, cette structure citoyenne énumère les causes de la persistance d’insécurité au Sud-Kivu, en occurence la circulation des armes légères et de petits calibres qui se portent à merveille en province, la problématique de la gestion et de contrôle des entrepôts et des munitions de la Police et des FARDC, la cohabitation dans des quartiers populaires entre population, militaires et police non identifier préalablement, le disfonctionnement et la démotivation des cadres de bases au niveau le plus bas.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« Un mouvement migratoire suspect serait localisé dans les groupements de Ziralo et Mubugu dans le Buhavu en territoire de Kalehe depuis un temps sans que personne ne se pose la question. Il n’y a pas la guerre qu’on sache. L’impunité et une justice des riches s’observent. La question de la caution pour la liberté provisoire fait débat juridique en province et mérite d’être fixé une bonne fois pour toutes, des organisations de jeunes moins professionnels qui se substituent aux services de sécurité urbaine et cela est encouragé par certaines autorités de la province », regrette la société civile dans cette déclaration.

Ce dernier appelle cependant les autorités provinciales à lutter contre ce qu’il qualifie d’impunité et clientélisme dans les services publics.

Il sied de signaler que le cas le plus récent de l’insécurité est celui survenu la soirée de ce mercredi 20 janvier 2021 à Nyawera dans le quartier Ndendere en commune d’Ibanda où un groupe d’hommes armés ont opéré.

Une opération qui a occasionné la perte en vie humaine d’un changeur des monnaies ainsi que celle d’une somme importante des autres changeurs qui exercent en ce lieu, voir même des marchands et leurs clients. Les bandits ont tiré plusieurs balles avant de s’enfuir sur des motos, renseigne la société civile.

Moïse Aganze

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.