Sud-Kivu : Instabilité du prix des denrées alimentaires à Shabunda suite à la dégradation de la route

La société civile territoriale de Shabunda condamne avec grande énergie la hausse des prix des produits de première nécessité dans cette partie de la province du Sud-Kivu depuis le début de cette année en cours. Elle appelle les autorités à s’impliquer car selon elle, cette situation met en danger la vie de la population de Shabunda Cette structure citoyenne l’a dit dans un entretien téléphonique avec la Rédaction de Jambord.info ce mercredi 20 janvier 2021.

Son président Joseph Mpeseni fait savoir qu’une bouteille d’huile de palme qui s’achètait à 1500 fc se négocie aujourd’hui à 2000 fc, deux mesures de farine de manioc qui coûtaient 750 fc se vendent à 1250 fc, un gobelet du riz qui s’achetait jadis à 750 fc se négocie à 1500 fc. Ce dernier ajoute qu’un sachet du sel qui se vendait à 1200fc est actuellement à 2000 fc, une situation qui selon lui constitue un calvaire pour des familles et risque d’entraîner le Kwashiorkor dans l’ensemble dudit territoire.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Notre source indique que cette situation est due à la carance des produits sur le marché commercial car l’offre est inférieure à la demande. Ceci avant de pointer du doigt l’impraticabilité très avancé des routes de dessertes agricoles dans le territoire de Shabunda.

La société civile du milieu pense que les autorités devraient s’impliquer afin d’équilibrer le prix des produits des premières nécessités dans le marché pour épargner les habitants de la famine qui s’annonce déjà à cause de cette situation surtout en cette période de la crise sanitaire au pays.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Mpeseni demande également aux autorités provinciales que nationales de mettre la réhabilitation des routes de désertes agricoles dans leurs priorités car d’après lui, la dégradation des ces dernières est la cause majeure de la hausse des denrées alimentaires dans le territoire de Shabunda.

Moïse Aganze

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.