Bukavu : le phénomène “enfants dits de la rue” persiste

Malgré les efforts consentis par l’hôtel de ville de Bukavu pour lutter contre la criminalité urbaine, les enfants dits de la rue sont toujours visibles sur plusieurs voies publiques. Selon le constat de votre rédaction ce jeudi 2 mai, leur nombre ne fait qu’augmenter malgré l’opération CHIKUTA lancée depuis mars dernier pour les traquer.

En effet, la mairie de Bukavu a lancé depuis le mois de mars dernier l’opération CHIKUTA qui consiste à traquer les personnes (enfants de la rue) considérées comme être à la base de l’insécurité dans la ville.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Pour le premier jour de cette opération, l’autorité urbaine avait annoncé à la presse avoir arrêté à travers la Police nationale congolaise plus de 160 personnes qui sèment la désolation dans sa juridiction.

Zénon Karumba avait à son temps indiqué que 93 de ces personnes étaient des enfants dits de la rue, dont 17 filles et 76 garçons.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Ces derniers ont été selon le maire conduit dans une organisation qui se charge de l’encadrement des enfants. Tandis que les adultes ont été acheminés au cachot de la police nationale congolaise.

Plus d’un mois après le lancement de cette opération, ces personnes sont redevenues visibles dans leurs endroits habituels, c’est entre autres à la place Nyawera, au terrain de l’ISP-Bukavu, derrière le bureau de la REGIDESO, sur avenue Mbaki en face de l’archevêché de Bukavu, pour n’est cité que ces lieux.

Les habitants de la ville s’interrogent sur la suite de l’opération CHIKUTA, qui a été lancé avec pompe. Ces derniers estiment que le maire devra poursuivre avec l’arrestation des enfants qui insécurisent les paisibles citoyens pendant les heures tardives.

Juvénal MUTAKATO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.