Sud-Kivu : La LICOSKI en guerre contre l’instabilité du prix des produits pétroliers

La ligue des consommateurs des services au Congo-kinshasa (LICOSKI) condamne l’instabilité du prix des produits pétroliers en occurence le carburant, dans la ville de Bukavu en particulier et dans différents territoires de la province du Sud-Kivu en Général. Ainsi elle appelle les autorités compétentes à tous les niveaux à améliorer le système de gestion qui touche sur cet aspect lié au vécu quotidien du consommateur congolais. Cette organisation l’a dit au cours d’un entretien avec un reporter de jambordc.info ce mercredi 26 aout 2020.

Son président Mizo Kabare regrette de voir que la décision du ministre de l’économie nationale du 05 mai dernier fixant le prix du litre d’essence à 1500 FC dans la zone Est du pays, reste sans effets et ceci sous l’œil impuissant des décideurs.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Notre source qualifie cette situation d’un désordre dont sont victimes les consommateurs et estime que les gouvernants à tous les niveaux devraient déployer leurs inspecteurs sur terrain pour le suivi et faire respecter des structures de prix car selon elle, il est grand temps qu’on puisse sentir l’autorité de l’Etat et lui voir interpeler tous les opérateurs économiques qui peuvent jouer au malin ou à la spéculation pour relever tant soit peu ce défi.

Mizo Kabare pense que cette léthargie du prix du carburant est due aux problèmes d’instabilité du taux d’échange ainsi que de la gouvernance économique et financière du pays.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Il appelle ainsi le gouvernement congolais à s’impliquer pour restaurer l’ordre et la stabilité car les premières victimes restent les consommateurs. Ceci avant d’inviter le même gouvernement à subventionner les pétroliers afin qu’il parvienne à stabiliser le prix des produits pétroliers.

Signalons qu’un litre d’essence se négocie actuellement à 1950 FC voir même 2000 FC sur différentes stations de la ville de Bukavu. Ce qui est à la base de la hausse de prix du transport en commun.

Moïse Aganze

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.