Sud-Kivu : Le CCPSC propose des solutions pour faire face aux catastrophes naturelles en province

Peindre le tableau des défis à relever et reformuler des propositions à soumettre aux autorités pour lutter contre les catastrophes dont la ville de Bukavu est victime depuis un temps, sont là les objectifs principaux de l’atelier organisé par le cadre de concertation provinciale de la société civile, (CCPSC) Sud-Kivu tenu à l’hôtel Mont-Kahuzi du mardi 25 à ce mercredi 26 août 2020.

D’après les organisateurs, cet atelier a été envisagé à la suite du constat déplorable effectué en province faisant état d’éboulements, incendies, des naufrages à répétition depuis un moment donné et l’indifférence affichée par l’attitude de certaines autorités face aux drames dont la population est principalement victime.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« Nous avons senti qu’au niveau des autorités, c’est comme si elles ne se reprochent de rien ce qui nous a beaucoup tiqué. Elles se comportent en observateurs, lorsqu’il y a naufrage on en parle toujours mais il n’y a aucune disposition quant à ce. Nous avons pensé qu’il faut maintenant qu’il y ait des reformes dans différentes institutions pour relever ces défis, et ces différentes recommandations émises ici vont aider les autorités à mieux faire, apporter des solutions à ces problèmes », a déclaré Hypocrate Marume, secrétaire exécutif de cette structure citoyenne.

Notre source a ajouté que différentes suggestions ont été formulées à l’intention des autorités dans le but de lutter contre les drames qui ne cessent d’endeuiller la province, notamment veiller au strict respect de la loi qui souffrent de la mise en application dont le port obligatoire des gilets de sauvetage, envisager des séances de capacitation pour la formation des sapeurs-pompiers dans diverses entités.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Ces derniers proposent aussi aux autorités de trouver des solutions au problème du manque des infrastructures, manque des véhicules anti-incendie, les facteurs primordiaux favorisant plusieurs cas de sinistre enregistrés en ville du à l’inaccessibilité de certains endroits suite aux constructions anarchiques.

Il sied de noter que cet atelier a été organisé par le cadre de concertation provinciale de la société civile la société civile du mardi 25 à ce mercredi 26 août 2020, et a réuni plusieurs intervenants dont activistes des droits de l’homme et des cadres de bases.

Alpher Kalala

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.