Sud-Kivu : impayés depuis 32 mois, les agents administratifs de l’Assemblée provinciale ont bloqué l’installation des nouveaux élus

Initialement prévue pour ce lundi 05 février, la plénière d’inauguration de la nouvelle législature n’a pas eu lieu à l’Assemblée provinciale du Sud-Kivu. Motifs, les dossiers physiques des députés provinciaux nouvellement élus et proclamés par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) ne sont pas encore transmis au bureau du directeur de l’administration indique un communiqué publié ce même lundi.

Dans ce document exploité par votre rédaction, le directeur de l’administration de l’organe délibérant du Sud-Kivu, Charles Buhendwa, dit en outre que ce report à une date ultérieure est dit à l’absence de la logistique.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Par ailleurs, d’autres sources à l’hémicycle provincial renseignent que la non tenue de cette première plénière est consécutive au mouvement de grève des agents de l’administration, déclenché depuis le 30 janvier dernier.

Ces derniers passent des nuits entières depuis quelques jours au sein de la salle des plénières. Ceci pour revendiquer les arriérés de salaire à la hauteur de 32 mois, dont 20 mois impayés au compte de la dotation provinciale et 12 autres pour la rétrocession en provenance de Kinshasa.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Gustave Bujiriri, président syndical à l’Assemblée provinciale affirme qu’ils ne quitteront ce lieu que lors qu’ils seront remis dans leurs droits.

“Notre message est que nous continuons à revendiquer nos 20 mois impayés, de la dotation provinciale, et 12 mois de rétrocession du gouvernement central. Par conséquent nous demeurons en grève et toutes les portes de l’assemblée restent fermées jusqu’à ce que nous puissions être remis dans nos droits,” insiste-t-il.

Pendant ce temps, jusqu’à présent, aucune communication du gouvernement provincial n’a été faite par rapport à cette revendication, et même du gouvernement central.

Cette question préoccupe plus d’un citoyen dans la ville de Bukavu qui aimerait voir le début d’une nouvelle législature commencé à l’Assemblée provinciale afin de répondre aux multiples attentes de la population.

Gabriel ACIRHUSHOKOLIRE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.