Kalehe : la société civile alerte les autorités sur la nécessité de renforcer la sécurité à la limite entre les zones de Masisi occupées par les assaillants

Des déplacés de guerre en provenance de Masisi au Nord-Kivu se trouvent actuellement à Minova dans le groupement de Buzi, chefferie de Buhavu en territoire de Kalehe au Sud-Kivu, alerte le Cadre de concertation de la société civile dans une déclaration publiée ce lundi 5 février.

Situé à la frontière entre deux provinces de l’Est de la RDC, (Nord et le Sud-Kivu), le territoire de Kalehe est confronté actuellement à une menace d’assaillants, comme le craint déjà la société civile.

Inscription ISJC

Selon la même source, ces déplacés proviennent dans les zones de Bweremana, Shasha et Kirotshe en chefferie de Bahunde dans le territoire de Masisi, des entités touchées par des combats intenses ce derniers jours entre le Wazalendo, les FARDC et le M23.

Face à la situation actuelle dans la zone, Delphin Birimbi président de cette structure citoyenne, rappelle que la population a le droit à la paix, à la sécurité et au développement, conformément à la constitution de la RDC.

D’où son appel au gouvernement, d’éviter les petites irrégularités et de prendre sérieuse en compte la question de la sécurité.

Il recommande en outre aux autorités, de renforcer et de déployer les éléments des forces de défense et de sécurité dans les limites du territoire de Kalehe notamment dans les groupements de Buzi, Ziralo, Mubuku et Kalima dans la chefferie de Buhavu ainsi que dans les groupements de Mufunyi-Shanga et Ufamandu, dans la chefferie de Bahunde en territoire de Masisi et de Walowalwanda en territoire de Walikale, au Nord-Kivu.

Tout en insistant sur la libération des zones occupées par les rebelles afin de faciliter le retour de tous les compatriotes déplacés dans leurs milieux d’origines, Delphi Birimbi dit qu’il est urgent d’accélérer le processus d’assistance à ces derniers.

Cependant, il exhorte la population de rester calme afin de ne pas tomber dans la manipulation de l’ennemi. En tant que patriotes, il est nécessaire d’éviter les paniques générées par la guerre médiatique et utilisation abusive des réseaux sociaux, dit-il, avant d’appeler également, la population d’avoir confiance à son de l’accompagner comme d’habitude.

Rédaction

Inscription ISJC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.