Sud-Kivu : Forte hausse de prix de transport entre Bukavu et Bunyakiri

Les prix de transport des personnes et des marchandises ont galopés sur la route Bukavu-Bunyakiri depuis l’année dernière. Cela affecte aussi les activités commerciales entre Bunyakiri et Bukavu ainsi que la vie quotidienne des habitants.

Sur la route Bukavu-Bunyakiri, dans la province du Sud Kivu, le prix du transport a connu une hausse depuis l’année dernière.

Le coût du transport sur une moto est allé de 6000 francs congolais (4 $ US) à 12 000 francs (9$ US) par personne. Pour le transport des marchandises dans des camions, les commerçants qui payaient 7 000 fc (5$) pour 100 Kg payent  aujourd’hui 12 000 francs congolais.

Pour des transporteurs, cela est dû au délabrement avancé de cette route, longue de 75 kilomètres, devenue quasi-impraticable.

« Actuellement nous passons une semaine sur la route pourtant on ne peut y rouler que cinq heures de temps. Nous connaissons ainsi de nombreuses pannes suite au mauvais état de la route », déclare  Charles Paluku, chauffeur d’un camion sur la route Bukavu-Bunyakiri.

Un coup dur sur le quotidien des habitants

Le mauvais état de la route influe aussi négativement sur les activités commerciales sur cet axe. Mais aussi sur le coût de vie des habitants.

« Nous sommes vraiment affectés par le délabrement de cette route. Il arrive même parfois de manquer des véhicules pour  transporter  nos marchandises de Bukavu à Bunyakiri. A part cela, il y a aussi le coût du transport qui est revu à la hausse à cause de la rareté des véhicules dû au mauvais état de la route », affirme  Mukinje Sanganano Omar, commerçant d’huile de palme en provenance de Bunyakiri au marché de Kadutu à Bukavu.

Cette situation affecte également les activités commerciales des petits commerçants de Bunyakiri. Les prix de nombreux produits qui proviennent de Bukavu sont revus à la hausse sur le marché.  « Nous avons du mal à payer des marchandises qui viennent de Bukavu chez les grossistes au grand marché (de Bunyakiri). Les  marchandises en provenance de Bukavu sont maintenant vendus au double du prix ici à Bunyakiri », déclare  Ivone Divine mère de deux enfants et petite commerçante dans le centre de Kichanga à Bunyakiri.

La population de Bunyakiri subit aussi des nombreuses autres conséquences du délabrement de cette route.

« La communication entre nous et la ville de Bukavu n’est plus facile mais également cette situation est à la base du sous-développement de notre entité. Les malfrats  profitent aussi pour rançonner les paisibles citoyens car plus ils trainent pour traverser le Parc National de Kahuzi Biega plus ils sont exposés à des agressions de n’importe quel ordre commises par des inciviques», dénonce Didier Kitumaini, président de la société civile de Bunyakiri.

Il invite le gouvernement et les personnes de bonne foi à réhabiliter cette route qui relie la ville de Bukavu à Bunyakiri.

Aristote Makusudi et Gédéon Maele

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.