Sud Kivu : AFEM et JDH mettent en place un sous noyau club d’écoute avec la thématique des violences sexuelles et celles basées sur le genre

Un sous noyau club d’écoute sur les violences sexuelles et celles basés vient d’être créé ce jeudi 11 Novembre 2021. C’est à l’issue d’un atelier qu’à organiser l’association des femmes des médias, AFEM, en collaboration avec Journaliste pour les Droits Humains, JDH.

Selon les organisateurs, ce sous noyau est constitué de 20 leaders communautaires membres de différents noyaux d’écoute d’Afem présent dans la ville de Bukavu.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Pour Julienne Baseke, coordinatrice de l’association des femmes des médias, ce sous noyau thématique permettre à la communauté d’être plus informé sur les questions liées aux violences sexuelles et ainsi contribuer à la réduction de ces cas.

«Nous avons réunis les leaders communautaire qui sont regroupés en des noyaux clubs d’écoutes dans leurs communautés respectives pour l’objectif d’avoir un sous noyau thématique « violence sexuelle et basée sur le genre » et donc c’est déjà des leaders qui  travaillent entant que tel, la sensibilisation sur diverses questions qui implique le développement personnel, le développement des femmes et leurs droits, la démocratie et la bonne gouvernance. Mais l’innovation de l’activité d’aujourd’hui c’est ce sous noyau thématique avec un focus sur les violences sexuelles et basée sur le genre afin de faire les participants et participantes des militantes et militants de lutte contre les violences sexuelles dans leurs communautés respectives », a t-elle expliquée à Jambordc.info.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

L’association de femme des médias espère voir les bénéficiaires de cette formation, s’approprier la lutte contre les violences sexuelles et celles basées sur le genre en dénonçant ces cas mais aussi en sensibilisant leurs communautés  car plusieurs personnes sont encore ignorantes sur de ces questions et de ce que la loi prévoit.

Julienne Baseke recommande aux participants d’avoir une souplesse et d’alerter femme au phone ainsi que d’autres structures qui traitent la question des violences sexuelles et celles basées sur le genre.

Les participants de leur côté s’engagent à vulgariser les notions apprises. C’est le cas de Samuel Bisimwa qui est membre du noyau club d’écoute de brasserie. Il souligne que cette formation lui a permis de combler les failles qu’il avait en rapport avec les violences sexuelles. Il promet de faire large diffusion des notions qu’il a apprises mais aussi il va contribuer à enquêter et à documenter toutes formes des cas des violences sexuelles et celles basées sur le genre dans sa communauté.

Signalons que cet atelier s’est tenu ce jeudi 11 novembre dans la salle de réunion de l’Institut Supérieur de Journalisme et Communication, ISJC située en commune d’Ibanda.

Natasha Balegamire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.