Rutchuru : la société civile recommande à l’armée de poursuivre l’ennemi

Après l’attaque des rebelles du mouvement du 23 mars (M23) contre les positions militaires à Chanzu et Runyonyi lundi 8 novembre dernier, la Société Civile en territoire de Rutshuru demande à l’Armée d’user de tous les moyens, afin de poursuivre l’ennemi « jusqu’au dernier retranchement », pour le neutraliser.

Dans un communiqué rendu public, cette structure demande également aux habitants de collaborer avec les services de sécurité, en dénonçant les combattants qui ont attaqué les positions des FARDC sur les collines stratégiques de Chanzu et Runyoni.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Selon la Société Civile, le Gouvernement congolais devraituser de son droit de poursuite de l’ennemi, et non « se contenter de récupérer » les positions attaquées.

Selon le secrétaire de la Société Civile forces Vives en territoire de Rutshuru, Samson Rukira, il est possible qu’après avoir battu retraite, ces combattants se cachent au sein de la communauté.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

«Nous avons lancé un appel à la vigilance sécuritaire et humanitaire. Parce que notre pays a été attaqué, il fallait que nous comme la population nous puissions donner l’information en temps réel, nous puissions dénoncer, que nous puissions alimenter notre gouvernement l’information qui va laisser à ce que l’ennemi puisse être totalement anéanti. Entant que société nous nous demandons pourquoi notre gouvernement n’use pas de son droit de poursuite quand l’ennemi attaque venant des pays étrangers. Et maintenant il fallait que le Gouverneur ne puisse pas se contenter tout simplement de récupérer les villages mais de poursuivre l’ennemi jusqu’au dernier retranchement. Aussi nous appelons aux humanitaires, parce que quand quelqu’un se déplace, et laisse tout ce qui donne survie, il fallait que cette population-là soit accompagnée,» a dit Samson Rukira à Laprunellerdc.info.

Signalons que bien que les FARDC aient précisé qu’elles s’affrontaient avec des rebelles du M23, qui  les ont attaqué depuis dimanche soir, elles ont vite été contredites par le M23. Bertrand Bisimwa, l’un des responsables du M23, a affirmé que son mouvement reste déterminé à respecter les accords qu’il a signé avec le gouvernement de Kinshasa. Celui-ci a nié toute implication des « anciens » rebelles du M23 dans ces affrontements.

Avec Laprunellerdc.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.