Sud-Kivu : 159 filles et femmes violées pendant l’année 2023 sur toute l’étendue de la province ( rapport)

Au total 458 cas de tueries ont été répertoriés, 290 cas de Kidnapping et 159 cas de viols. Bilan sombre du rapport monitoring sécuritaire enregistré par la société civile des compatriotes congolais (SOCICO-RDC )dans la province du Sud-Kivu en RDC, depuis le mois de janvier 2023 à ce mois de janvier 2024.

Ce rapport de monitoring a été publié ce samedi 13 janvier 2024 par le Coordonnateur de cette structure citoyenne Kelvin Bwija et dont une copie est parvenue à notre rédaction.

Inscription ISJC

A en croire ce document, le territoire de Fizi occupe la première place avec 119 cas de tueries suivis du territoire d’Uvira avec 68 décès.

Le territoire de Mwenga et d’idjwi viennent à la troisième place avec chacun 50 cas de tueries. Cependant, le territoire de Walungu a connu 40 cas de décès et 38 cas à Kabare, tandis que 30 cas ont été enregistrés à Kalehe, 28 à Shabunda, 20 dans la ville de Bukavu et 15 dans la ville d’Uvira.

Par ailleurs, le document ne précise pas les circonstances dans lesquelles toutes ces personnes ont été assassinées, soit par balles, par machettes, par accident de circulation routière ou par les catastrophes naturelles. Par contre, la SOCICO-RDC indique que la situation sécuritaire était très alarmante sur toute l’étendue de la province au courant de l’année dernière.

Pour les cas de kidnapping, la SOCICO-RDC signale que le territoire de Fizi est encore sur le premier rang avec 70 cas d’enlèvements, suivis du territoire de Mwenga avec 50 cas. Le territoire de Shabunda a enregistré 48 cas, celui d’Uvira 35 cas, Kalehe 23 cas, la ville de Bukavu 21 cas, Idjwi 14 cas, Walungu 8 et la ville d’Uvira 6 cas.

S’agissant des cas des viols, la même source fait savoir que le territoire de Fizi bas record avec 32 cas des filles et femmes violées au cours de l’année 2023. Le territoire de Kalehe vient sur la seconde place avec 25 cas, Kabare 19 cas, la ville de Bukavu 18 cas, le territoire d’Uvira 15 cas, Walungu 13 cas, Mwenga et Idjwi 10 cas chacun, Shabunda 12 cas, et la ville d’Uvira 5 cas.

Kelvin Bwija coordonnateur de cette structure à Uvira qui signe ce document, parle aussi des cas d’infiltration, de prisonniers libérés, des cas de vols et justice populaire, des seigneurs de guerre capturés et libérés, des maisons emportées par les eaux de pluie, des tracasseries aux barrières ainsi que les cas des enfants mineurs enregistrés ou associés aux groupes armées.

Face à ce bilan alarmant, le coordinateur de la SOCICO-RDC demande aux autorités locales et la Monusco de multiplier les stratégies, en vie de sécuriser les citoyens et leurs biens pour un développement de plus en plus remarquable dans la province du Sud-Kivu, écrit-il.

Sandra Safi Bashengezi

Inscription ISJC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.