Kalehe : afflux massif des déplacés à Minova, la société civile craint la résurgence des maladies

Des milliers des déplacés qui fuient les combats dans le territoire de Masisi au Nord-Kivu s’accentuent dans la zone de Minova, territoire de Kalehe au Sud-Kivu depuis maintenant trois jours, affirme la société civile locale.

Selon le Cadre de concertation de la société civile, certains ont élus domicile dans des écoles, d’autres dans des églises, d’autres encore dans des familles d’accueil ou en plein air au stade de football de Minova.

Inscription ISJC

Cependant, Delphin Birimbi président de cette structure u niveau local, craint la résurgence des maladies hydriques parmi ces personnes qui sont dépourvues de tout.

Il affirme que depuis ce mardi matin, plusieurs familles continuent d’arriver à Minova parce que la situation au Nord-Kivu continue à s’empirer.

La société civile note parmi ces milliers des déplacés, plusieurs enfants obligés d’abandonner leurs écoles du côté de Bweremana, de Shasha, de Kabasu, et de Renga.

Et les écoliers de Minova dont les écoles sont occupées par les déplacés ne peuvent plus étudier, affirme-t-il.

« La plupart des écoles de Minova qui sont occupées par les déplacés là on n’étudie plus, » regrette le président du cadre de concertation de la société civile de Kalehe.

Il précise aussi que certains déplacés sont allés se réfugier dans des camps, entre autres ceux de Mubimbi, Chingiri, et Kanyamitero.

Pendant ce temps sur les lignes de front, les combats se sont poursuivis ce mardi 6 février Plusieurs sources concordantes ont rapporté, mardi 6 février dans la matinée, autour d’une partie de Kirotshe, dans le groupement Mupfuni Shanga, en chefferie des Bahunde, en territoire de Masisi.

Rédaction

Inscription ISJC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.