Goma : Un militaire en possession de 4 armes AK47 et 3 chargeurs remplis des munitions arrêté à Mabanga Sud

Au quartier Mabanga sud, un militaire FARDC qui dit être de l’unité des commandos à été appréhendé aux premières heures de ce vendredi 13 novembre 2020 avec 4 armes de types AK 47 et une importante quantité des munitions.

S’expliquant auprès du chef de quartier Mabanga Sud, ce militaire FARDC fait savoir que c’est le manque des moyens financiers qu’il a poussé à tremper dans la vente illégal des armes. Mbula EBENGO dit avoir été en contact avec 4 de ses compagnons d’armes qui l’ont initiés.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« J’avais besoin d’argent pour amener mes enfants en Équateur. C’est alors que des amis soldats m’ont dit que nous pouvons effectuer ensemble des coopérations afin que j’ai de l’argent pour que mes enfants aillent en Équateur. Cette coopération est la vente d’armes. La femme d’un ami connais les personnes qui les achètent. C’est ainsi que nous sommes allés du côté de l’aéroport là où se trouve leur petite cachète d’armes comme j’étais le seul à avoir un peu d’argents sur moi, deux mille francs (2000fc). Ils m’ont dit d’amener les armes au Camp katindo et que j’aurais ma part après la vente. C’est ainsi qu’un policier m’a appréhendé en cours de route avec ces armes », s’est expliqué le présumé bandit fournisseur des armes.

Du chef quartier nous avons appris que ces inciviques sont au nombre de 4 militaires et une femme qui leurs servaient d’intermédiaire. Tous habiteraient le camp katindo.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« Ce garçon est un soldat de l’unité des commandos. Lui et ses compagnons habitent le Camp katindo. Leur travail est de vendre des armes aux criminels. Ils sont au nombre de 4 soldats dans leurs groupes et une femme qui leurs servent d’intermédiaire. Il a promis de nous montrer ses complices », a dit le chef de quartier Mabanga Sud, Ikando Swenga.

D’après les informations que le chef de quartier a fourni à la presse, ces bandits ont une cachète vers Mutinga où ils mettent leurs armes en dessous d’une pierre. Tout juste sur l’enclos de l’aéroport où il s’est personnellement rendu.

La ville de Goma en proie à une insécurité grandissante tente par tous les moyens, à trouver des solutions durables face à cette montée en flèche de l’insécurité. Pour remédier à cette insécurité plusieurs pistes de solutions ont été proposées parmi lesquelles la délocalisation du camp katindo qui serait le lieu de refuge des hors la loi, renforcer la collaboration entre les services de sécurités et la population ainsi que la campagne de ramassage d’armes contre de l’argent.

Des toutes ces initiatives quelques questions laissent à désirer dont, qui fournit les armes aux criminels? Pourquoi recomposer une personne qui est dans l’obligation de remettre aux services de sécurité une arme qu’il détient illégalement? Pourquoi n’est pas procéder à une identification systématique des personnes qui ont le droit d’habiter le Camp katindo?

Augustin Sadiki

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.