Bukavu/non respect des normes de construction : Ir André Migabo propose des procédures à suivre pour bâtir un bâtiment en étage

Un drame s’est produit la soirée du 20 août 2022 de l’effondrement d’un bâtiment à 6 niveaux sur avenue de la résidence en commune d’Ibanda à Bukavu. Le bilan a fait état d’énormes pertes matérielles et en vies humaines.

Après des enquêtes, plusieurs sources évoquent qu’il ya eu une mauvaise orientation par rapport à l’usage du bâtiment à travers le stockage des matériaux de construction sur l’un des planchers et cela a constitué une charge très lourde. Le bâtiment a ainsi cédé parce qu’il s’agissait d’un bâtiment de construction mais qui a été utilisé pour usage industriel.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

La rédaction de jambordc.info s’est ainsi entretenue avec l’ingénieur André Migabo 22 août pour en savoir plus sur cette thématique.

Ainsi, notre source renseigne tout d’abord qu’avant de construire un bâtiment en étage pour différents usages, le professionnel doit descendre sur terrain pour s’acquérir de l’état du terrain. Cette descente lui donnera une idée sur le type d’ouvrage à réaliser et cela sur sa forme et la possibilité de construire en étage ou pas.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Après cette investigation, Ir André explique que l’étape suivante est de savoir à quelle profondeur encrer une fondation. D’où il est nécessaire de connaître le type de sol car la transmission de charge doit arriver au niveau de bon sol. Cette procédure va détecter alors la nature du sol et sa capacité à supporter une certaine charge qui peut lui être imposée à travers la construction d’un bâtiment. Ce choix de profondeur dépend de l’étude de géotechnique avec comme objectif d’éviter les dégâts d’écroulement ou d’effondrement dans le futur.

En dehors de ces aspects, notre source renseigne qu’une autre étape c’est de faire le choix de matériaux qui est très important surtout les éléments structurels, notamment la caillasse communément appelé “gravier”, sable, type des ciment (le ciment 32.5 c’est l’usage courant pour faire le béton armé et maçonnerie) et le type des barres de fer à utiliser sont ceux la qui répondent aux normes de dimension et résistance au poids.

“Ici à Bukavu, les ingénieurs rencontrent beaucoup de défis face aux matériaux car certains maîtres d’ouvrage cherchent a utiliser ceux qui coûteux moins chers par rapport à nos propositions. Cette situation n’est pas à encourager pour quelqu’un qui cherche à construire un bâtiment solide et durable et surtout qui a la bonne volonté d’épargner les vies humaines et les probables pertes matérielles.” Indique cet ingénieur en bâtiment et travaux publics.

André Migabo souligne qu’il est recommandé et très important de faire le béton de propreté dans le bâtiment car ça permet d’isoler les armatures de l’argile étant donné que cette argile est nuisible aux barres de fer en le contaminant par la ruine et arrivent à se fragiliser. Une fois fragiles, les barres de fer peuvent céder et provoquer l’écroulement du bâtiment dans son entièreté.

Une fois cette partie est finie, on passe au remblayage et compostage avant lancement des longrines qui sont les chaînages que l’on met pour permettre de transmettre la charge des colonnes vers les semelles. Ces longrines aident ainsi a nouer les connexions dans tout le bâtiment et lui permettent de former un tout pour transmettre sa charge au niveau de sol à une profondeur qui est stable.

En effet, au point zéro bien évidemment après l’étude de structure, géotechnique et autre en élaborant les plans détaillés sur base des plans architecturaux, c’est en ce moment que l’on passe a l’élévation soit des éléments structurels, ossatures (colonnes, poutres, dalles, planchers) pour des cloisons servant à la distribution d’appartement ou carrément en débutant le tout au même moment. Cela dépend du choix de maître d’ouvrage.

Cependant, après la réalisation des grosses oeuvres, il faut par la suite canaliser les eaux usées et vannes pour ne pas laisser la voie aux intempéries notamment la pluie de s’infiltrer sur le pieds de la fondation afin d’éviter tout ce qui peut être la base de la déstabilisation du bâtiment.

Il importe de souligner qu’avant de vouloir bâtir un bâtiment sur un site bien déterminé, Il est recommandé de faire recours à un professionnel pour l’accompagnement dans la réalisation et suivre à la lettre ses instructions pour éviter le drame comme celui enregistré le 20 Août dernier à Bukavu.

Notre source indique que parmi les professionnels de ce domaine on note entre autre des architectes, ingénieurs en bâtiment et travaux publics ou ingénieurs civils.

Deo kulila.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.