Bukavu/Education : les vacances prolongés et leur impact sur les enfants

Le vagabondage, les mariages précoces, le commerce, l’exploitation sexuelle etc, c’est parmi les conséquences de la grève des enseignants sur les enfants.

De par le constat dressé ce jeudi 11 novembre par la rédaction de Jambordc.info, plusieurs enfants sont présents dans les rues de Bukavu ce dernier temps suite à la non reprise des cours depuis la rentrée scolaire du 04 Octobre dernier.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Dans la commune d’Ibanda, David Cikuru, président de la société civile noyau d’Ibanda indique que la délinquance juvénile est de plus en plus observé ce dernier temps chez les jeunes élèves. Par manque d’école, certains enfants commencent à faire des petits commerces des emballages plastiques ou sachets dans les marchés, d’autres vendent des beignets, samossa etc.

David Cikuru pense que la reprise des cours est très importante afin de préserver les enfants de toutes formes de risques car rappelle –t-il, l’école aide les parents à mieux contrôler l’enfant.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Dans la commune de Kadutu, les enfants fréquentent plus des « ciné-vidéo ». Hyppocrate Marume, président communal de Kadutu s’inquiète de cette habitude des jeunes ce dernier temps surtout que ces ciné-vidéo ne sont pas censurés. Il craint que les enfants ne soient face aux images immorales qui pourraient corrompre leur comportement.

Il poursuit que d’autres sont plus dans le commerce des morceaux des fers communement appelé « Mabende ». Les enfants sont visibles dans plusieurs quartiers de Kadutu à la recherche des morceaux de fer qu’ils vont aller revendre par la suite.  Hypocrate Marume plaide pour la reprise des cours pour prévenir la gestion des conséquences de cette grève sur les enfants.

Dans la commune de Bagira, la situation est similaire. Plusieurs sources soulignent que les jeunes filles sont de plus en plein présentes dans les maisons de tolérance et d’autres vagabondent ça et là au risque d’être victime d’un accident de circulation.

Notons que la rentrée scolaire a été effective dans les écoles privées depuis le 04 Octobre dernier. Déjà, les enseignants des écoles secondaires membres du Syndicat des Enseignants des Ecoles Conventionnées Catholiques, ont repris le chemin de l’école. Le primaire des écoles catholiques et publiques trainent encore les pas en attendant une réponse favorable à leurs revendications.

Pour rappel, les enseignants réclament la suppression des zones salariales, la prise en charge des nouvelles unités, la prise en charge médicale etc.

Mabadiliko Mungazi Thaïs, stagiaire ISJC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.