Sud Kivu : Le RLPC dresse un bilan sombre sur la situation socio-sécuritaire dans les territoires de Fizi, Uvira, Mwenga et Walungu

Le Réseau Local de la Protection Civile (RLPC) condamne la recrudescence la recrudescence de la situation socio-sécuritaire à la suite des cas de justice populaire, les conflits des différents ordres, l’ignorance et le non-respect des lois, la pauvreté, les dynamismes des groupes armées  locaux et étrangers, les catastrophes naturelle liées à la perturbation climatique sont notamment les grands problèmes  qui touche la population dans le territoire de Fizi, Uvira, Mwenga et une partie dans le territoire de Walungu. Ceci est couché dans un document de ce réseau et qui est parvenu à la rédaction de Jambordc.info.

Selon l’esprit de ce document, plusieurs facteurs sont à la base des conflits inter et intracommunautaire dans les territoires cités ci-haut.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

 « la mauvaise gouvernance, la légèreté dans l’application des lois par les autorités, l’occupation de la terre et autre circuits commerciaux au niveau local, la conquête du pouvoir politique dans les pays des grands lacs, le contrôle et l’exploitation des ressources minérales stratégiques par les  puissances sont entre autres les facteurs des grands maux qui endeuillent les populations civiles dans la région de notre d’action. C’est ce qui justifie la présence des conflits inter et intrant communautaires, les conflits de pouvoir le dynamisme des groupes armés locaux, l’incursion des groupes armés étrangers en quête de base arrière sur le sol Congolais».

Ce rapport revient sur les plus grands problèmes qu’il a révélé auxquels les populations sont victimes des jours en jours. C’est entre autres les déplacements massifs des populations, les incendies des maisons, la destruction  des cultures et récoltes, le vol des bétails, les attaques des civils sans défense, des assassinats ciblés, des braquages des passagers à bord des véhicules et motos, vol des matériels de pèche, assassinat des pécheurs sur le lac Tanganyika et le cas de kidnapping. Tous ces problèmes répertoriés se produisent sous l’œil impuissant de la justice congolaise qui n’arrive pas à mettre la main sur les présumés auteurs, rapporte le RLPC.

Par ailleurs l’organisation réseau local de la protection civile recommande aux autorités congolaises de renforcer les capacités matérielles (détecteurs d’armes, Avions de guerres) des FARDC pour faire face aux défis des groupes armés dans les hauts et moyens plateaux d’Uvira, Fizi et Mwenga. Il demande aussi aux autorités  à obliger les réseaux de télécommunication afin qu’ils fournissent la géo localisation et autres informations sur les numéros Airtel-Money, M-PESA, Orange Money communiqué par les ravisseurs à partir desquels ils appellent et reçoivent les rançons. Mais aussi d’ouvrir des actions judiciaire contre les tireurs des ficelles au niveau local, provincial, régional et international et d’identifier les présumés auteurs des différents crimes et de les déférer devant la justice.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Aux ONGs partenaires entre autre la Monusco, GIZ, DDC-Suisse, ONGI et Onusiennes d’accompagner l’Etat congolais à activer la diplomatie agissante avec ses voisins par les actions concrètes pour la sécurisation de son pays et aux groupes armés locaux à respecter les instruments juridiques nationaux et internationaux relatifs au droit international humanitaire en vigueur dans notre pays.

Natasha Balegamire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.