Sud-Kivu : Le renforcement du CAP comme CEMIF et mouvement féministe, au centre du forum organisé par le RFDP à Bukavu

Sud-Kivu : Le renforcement du CAP comme CEMIF et mouvement féministe, au centre du forum organisé par le RFDP à Bukavu

Renforcer le Comité d’Alerte pour la Paix (CAP) comme CEMIF (Cadre d’Expression du Militantisme des Femmes) et mouvement féministe, offrir aux anciennes et nouvelles dirigeantes de CAP un cadre d’expression de leur militantisme en les rapprocher les unes des autres, tels sont les objectifs d’un forum des anciennes et nouvelles dirigeantes des Comités d’Alerte pour la Paix (CAP) organisé par le Réseau des Femmes pour les Droits et la Paix (RFDP) le mardi 29 novembre 2022 dans la salle Belvédère en ville de Bukavu. Cette activité s’inscrit dans le cadre de 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes et filles.

Dans son mot d’ouverture de ces assises, Venantie Bisimwa Nabintu coordinatrice du RFDP a indiqué que son organisation a développé, depuis sa naissance, des projets pour renforcer les capacités des filles et des femmes regroupées au sein des comités d’alerte pour la paix dans le but de développer leur leadership et se positionner pour participer à la gestion de la chose publique. A l’occasion, elle a précisé que ce forum voudrait évaluer le leadership des anciennes et nouvelles dirigeantes partout où elles sont, orienter et soutenir leurs projets de vie dans le cadre du renforcement toujours en vue de promouvoir leur leadership et encourager leur participation à la gestion de la chose publique.

Inscription ISJC

« Depuis la naissance de notre organisation, divers axes d’interventions ont été développées, à savoir, la diminution des violences sexuelles et basées sur le genre et la construction de la paix, la promotion du genre à tous les niveaux de prise de décision, le renforcement du pouvoir économique des femmes, l’assurance de la santé mentale des femmes et des communautés exposées aux événements traumatiques, la capitalisation et partage des acquis, l’intégration de nouvelles technologies de l’information, le renforcement organisationnel et mobilisation des ressources humaines, financières et matérielles. L’influence des CAP a continué à croitre dans nos communautés, suite aux services rendus par ces femmes militantes des droits des femmes. Autour des autorités locales, leur expertise et engagement sont régulièrement sollicités et mis à contribution », a fait savoir Venantie Bisimwa.

Et de poursuivre :

” Nous avons réuni aujourd’hui les responsables des comités d’alerte pour la paix, parceque nous sommes d’abord dans la période de 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes et filles et le RFDP, étant une organisation qui milite contre ces genres des violences, ne peut pas laisser passer cette période qui est d’ailleurs une période des grandes visibilités pour les activités de lutte contre les violences basées sur le genre, une période aussi consacrée aux plaidoyers. À travers ce form, nous avons voulu nous rencontrer pour qu’on sache l’évolution des anciennes et nouvelles dirigeantes des CAP, l’espace qu’elles influencent actuellement, comment évaluer leur leadership pour nous permettre de dégager l’identité commune des CAP”.

Venantie Bisimwa invite les femmes leaders communautaires et responsables des CAP à continuer à solidariser et se connecter entre elles pour mieux développer leurs mouvements et leurs entités respectives.

Prenant la parole, la commissaire provinciale en charge du genre au Sud-Kivu Kinja Mwendanga Béatrice a félicité le RFDP d’avoir songé à l’organisation de ces assises de renforcement de leadership féminin et pour ses efforts consentis dans l’accompagnement, l’encadrement et la capacitation des femmes rurales sur les questions liées au genre et respect des droits humains.

Cette autorité a également salué les différentes réalisations des femmes leaders communautaires membres des CAP qui œuvrent pour la résolution pacifique des conflits et la consolidation de la paix dans leurs milieux respectifs.

” Cette activité tombe à point nommé en cette période où nous sommes en train de multiplier des activités par rapport aux 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes. Je remercie le RFDP d’avoir songé à organiser cette importante activité, je suis très ravie parceque je suis en face des femmes leaders communautaires qui militent jours et nuits pour la paix et la stabilité dans leurs communautés respectives. Au nom du gouvernement provincial, je soutiens et encourage ces femmes leaders à continuer dans cette solidarité qui les caractérisent, mais aussi et surtout à mettre en application leurs compétences parce qu’elles en ont, pour leurs intérêts et ceux de nos communautés”, a déclaré Kinja Mwendanga commissaire provinciale du genre au Sud-Kivu.

Présente dans ce forum, Therese Blasi Marthi conseillère projet de la promotion de la paix et de la stabilité dans l’Est de la RDC à la GIZ, a remercié le RFDP pour l’invitation lui accordée afin de partager son expérience avec les femmes leaders communautaires.

” Cette séance d’échange est très importante. Nous travaillons avec le RFDP dans le renforcement du leadership féminin dans les territoires de Kalehe et Walungu à travers le projet Propaix. Depuis 2019, 70% des projets que nous GIZ nous finançons, sont liés à la promotion du genre et la consolidation de la Paix. Plus de 30% des personnes sont déjà touchées par des enseignements liés au genre et à la masculinité positive. J’encourage les femmes à militer contre les violences dont elles sont victimes et pour le respect de leurs droits. Au RFDP, de continuer à accompagner ces femmes battantes dans leur lutte de tous les jours”, a-t-elle déclaré.

Dans son intervention, Madame Denise LUTHI, directrice de la coopération suisse (DDC) en RDC est revenue sur la politique d’intervention de la DDC qui vise la promotion du genre. Elle a également fait savoir qu’elle était satisfaite quand elle était partie sur terrain à Walungu où elle a rencontré des femmes dynamiques membres des CAP. Ceci avant de partager son expérience aux participantes à ce forum. Denise a par ailleurs exhorté à ces dernières à continuer avec la lutte contre les violences basées sur genre et la promotion des droits humains ainsi que la solidarité entre elles afin de mieux réussir.

De leur côté, les participantes à ces assises n’ont pas caché leurs sentiments de satisfaction et de gratitude au RFDP qui ne ménage aucun effort pour le renforcement de leurs capacités.

” Auparavant, je n’étais pas capable de parler devant les gens, je n’avais même pas le droit de participer là où les hommes tenaient des réunions, moins encore chapeauté un poste de prise de décision, mais aujourd’hui grâce aux instructions, aux formations que le RFDP donne à travers les CAP, je suis devenue une femme leader. J’ai déjà été nommée cheffe de localité, présidente des organisations paysannes, assistante psycho-sociale et j’assume ces postes de responsabilité grâce au cotching du RFDP à travers les CAP. Je remercie beaucoup cette organisation pour tout ce qu’elle a fait et ce qu’elle continue à faire pour nous femmes leaders communautaires”, Laisse entendre l’une des participantes à ce forum, Nsimire Pascasie présidente du CAP Munzinzi.

Il importe de signaler que le Réseau des Femmes pour les Droits et la Paix vise à contribuer à l’amélioration du statut social de la femme par la promotion du leadership des femmes dans l’objectif de voir ces dernières participer effectivement et efficacement à la prise de décision et à la gestion de la chose publique.

En somme, à ce jour, le RFDP agit avec 105 CAP composés d’environ 2 515 femmes sur l’étendue de la province du sud Kivu. Elles sont plus concentrées en territoires de Walungu, Kabare et Kalehe.

Il sied de noter que les CAP tirent leur nom de l’engagement prouvé des femmes de Walungu lors de la guerre d’agression du Rwanda à partir de 1998, à alerter et dénoncer les violences sexuelles et autres abus des droits humains dont elles étaient victimes ensemble avec les membres de leurs communautés.

Ce forum des anciennes et nouvelles dirigeantes des Comités d’Alerte pour la Paix a été organisé sous l’appui financier de la Coopération Suisse (DDC).

 

Moïse Aganze

Inscription ISJC

La Rédaction JamboRDC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.