Sud-Kivu : La gestion de Coronavirus, au centre d’un débat organisé par le Groupe Jérémie

Faire une analyse critique de la gestion de la riposte contre la Covid 19 en province du Sud-Kivu, c’est l’un des objectifs du débat organisé ce 20 août 2020 par le Groupe Jérémie, une organisation de défense des droits humains et d’éducation civique.

Pour le responsable du Groupe Jérémie, Jean-Moreau Tubibu, ce débat a été une occasion de faire l’évaluation sur le respect des droits humains dans l’observance des mesures d’accompagnement durant toute la période de l’état d’urgence.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« Le but était d’amener les gouvernants devant les gouvernés, c’est-à-dire le ministère de la santé, la division de la santé et toute l’équipe de riposte contre le Coronavirus devant la société civile pour que les gouvernés de toutes les 3 communes de Bukavu et même les cadres de base puissent poser des questions au gouvernement sur comment est gérée cette Covid-19 afin d’évaluer ensemble le respect des droits humains durant la période de confinement », a-t-il déclaré.

A notre source d’ajouter que, ce débat a aussi permis à amener les autorités politico-administratives et sécuritaires à réévaluer leurs stratégies et reconsidérer l’observation des droits de l’homme dans l’exercice de leurs fonctions et la gestion des crises. Et à la population de repenser sur l’application des mesures édictées par les autorités.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« Le constat que le Groupe Jérémie a fait c’est qu’il y a un relâchement des mesures barrières, allez dans la rue regardez sur dix personnes il y a au moins deux qui portent des masques. Et si vous allez encore loin, dans les territoires c’est pire, on dirait la Covid n’a jamais existée. Et c’est ça qui a fait peur au Groupe Jérémie et nous nous sommes dit qu’il faut réveiller la population et les autorités à revenir sur cette rigueur observée dès le début », a-t-il conclu.

Par ailleurs, Jean-Moreau recommande aux autorités de veiller sur l’applicabilité des mesures de protections dans le strict respect des droits humains tout en tenant compte des réalités du milieu.

Signalons que ce débat a réuni les acteurs de la société civile du Sud-Kivu et des cadres de base de toutes les trois communes dans l’enceinte de l’hotel Touriste en commune d’Ibanda.

Alpher Kalala

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.