Sud-Kivu/Covid-19: Les mesures barrières sont-elles toujours d’actualité en province?

Sud-Kivu/Covid-19: Les mesures barrières sont-elles toujours d’actualité en province?

Depuis l’annonce en décembre dernier par le ministre national de la santé, de la quatrième vague avec la particularité du variant Omicron venu de l’Afrique du Sud, l’on constate un relâchement des mesures barrières dans le chef de toute la population pour ne pas dire les autorités. Ceci ressort d’un constat fait ce mercredi 12 Janvier par la rédaction de Jambordc.info.

Au plus grand regret des uns et des autres, le port des cash nez qui était annoncé comme une mesure obligatoire, est devenu facultative. Cette mesure n’est respecté que pour accéder dans des institutions de micro finances, des banques et certains hôpitaux. Certains citoyens consciencieux font encore un effort de porter convenablement leur masque, d’autres il leur sert de cash manteau et d’autres encore le range convenablement dans le poche ou leur sac.

Inscription ISJC

La distanciation quant à elle depuis ces débuts a été difficile à exécuter. Avec les transports en commun, les marchés, les églises, les écoles, les universités et toutes formes d’activité publique, il a toujours été difficile de faire respect la distance d’1 mètre entre les personnes. Jusqu’à aujourd’hui, nous assistons à des rassemblements de plus de 10 personnes sans aucune protection et cela sous l’œil puissant des autorités.

Pour ce qui est du lavage des mains, cela pose aussi des problèmes car à plusieurs endroits, le kit de lavage est visible mais si ce n’est pas l’eau qui manque donc c’est le chlore ou le savon qui est absent. Bref, ce kit est un décor devant certaines portes.

D’autres mesures comme la prise de la température ont également disparu.

Si dans la ville, les mesures barrières ne sont pas respectées dans les territoires alors, quel sera le sort de nos frères et sœurs qui y vivent. Vraiment dans plusieurs territoires, porté un cash nez c’est une nouvelle forme de civilisation et le gel hydro alcoolique est utilisé par certains comme déodorants.

Des sources concordantes estiment que le gouvernement en collaboration avec l’équipe de riposte devraient conjuguer plus d’effort afin de mettre à l’abri cette population qui est face à plusieurs difficultés d’ordre sécuritaire, sociale et économique sans oublier sanitaire.

Rappelons que l’apparition de cette quatrième vague du variant Omicron a été annoncé ce 13 décembre 2021 par  le Ministre de la Santé publique, Hygiène et Prévention, Jean-Jacques Mbungani Mbanda qui a appelé au  respect de mesures barrières et la consultation régulière pour se protéger et protéger les autres.

Kathia A.

Inscription ISJC

La Rédaction JamboRDC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.