Sécurité en RDC : 60 ans après l’indépendance, Félix Tshisekedi note que des pas importants ont été franchis

« A l’Est du pays, aux Nord et Sud-Kivu, les groupes armés locaux et étrangers ont subi ces derniers mois une forte pression et enregistré des lourdes pertes », propos du président de la République, Félix Tshisekedi dans son discours à la Nation à l’occasion de la célébration de l’indépendance du pays, ce 30 juin 2020.

D’après Félix Tshisekedi, plusieurs combattants issus des rangs des groupes armés ont été soit capturés, démobilisés ou arrêtés, soit rapatriés dans leurs pays d’origine.

« Les ADF sont à ce jour nettement affaiblies et délogées de tous leurs sanctuaires dans le territoire de Beni. L’armée réussit à déjouer plusieurs attaques terroristes de cette force du mal qui, de manière très isolée, mènent des attaques ciblées contre les populations civiles. Je salue les efforts de nos officiers et nos troupes sur le terrain et ma détermination d’en finir reste vive », a noté le chef de l’Etat.

Ce dernier a souligné qu’après la signature d’un accord de paix avec le Gouvernement, en Ituri, la FRPI est engagée dans le processus de désarmement, de démobilisation et de réinsertion en cours de mise en œuvre.

« Je réitère mon appel à tous les autres groupes armés afin de déposer les armes et de choisir la voie de la paix, sous peine de s’exposer aux actions coercitives de l’armée et à des poursuites judiciaires », exhorte Félix Tshisekedi.

En somme, tout en exprimant sa compassion aux familles durement touchées par la barbarie ignoble des groupes armés, le Chef de l’Etat a condamné fermement les massacres des populations par des miliciens en Ituri, aux Nord et Sud-Kivu, ceci avant de rassurer que ceci ne restera pas impuni.

Elie Bigaba, JRI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.