RDC : Le ministre Mende conteste le rapport de JED

RDC : Le ministre Mende conteste le rapport de JED

Le rapport annuel très accablant publié par Journaliste en danger (JED) cite le ministre de la Communication et des Médias, Lambert Mende à la tête des 13 personnalités congolaises qu’il présente comme des « bourreaux de la presse en République démocratique du Congo » au cours de l’année 2017.

Dans ses réactions, le ministre congolais estime qu’il s’agit d’un fait de société et non d’une restriction de la liberté comme tel.

« Il y a des millions des Congolais qui sont morts des crimes des droit commun, les uns sont journalistes et d’autres ne le sont pas. Je pense que c’est un fait de Société plus que quelque chose qui révélerait d’une politique rétrécissement des espaces de liberté comme tel. Je pense qu’ils le savent très bien eux-mêmes », a dit Lambert Mende, cité par des sources concordantes.

Le ministre qualifie le rapport de Journaliste en danger et appelle au respect des principes qui doivent être observés par tous dans un Etat de droit.

«C’est tout simplement de l’activisme politique, ce rapport de JED. Il y a des principes qui doivent être respectés et nous avons l’obligation de faire respecter les lois du pays en cas de dérapage. Concernant la restriction des mouvements des correspondants de la presse étrangère, nous exigeons une collaboration avec  les journalistes locaux. Ça se fait aux États-Unis, en France et partout. Nous sommes un Etat de droit, c’est ce que JED doit comprendre», a-t-il insisté.

Le patron de la Communication et des Médias reconnait, néanmoins, que ce rapport publié par JED interpelle non seulement le gouvernement de la RDC mais aussi les pays du monde entier.

« Tous les gouvernements du monde entier sont interpellés pour comprendre que la liberté de la Presse fait partie des valeurs démocratiques… nous ne sommes pas le seul pays du monde. On demande à tous les gouvernements de protéger les journalistes, il ne faut pas ramener ça seulement à la République démocratique du Congo. Nous nous sentons interpelés aussi », a-t-il affirmé.

En rappel, Journaliste en danger a documenté 121 cas d’attaque contre les Journalistes et les Médias au cours de l’année 2017, un nombre supérieur à celui de l’année 2016 où l’on avait enregistré 87 cas.

Jean-Marie Mulume

Jambo1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.