Loi électorale promulguée: Christelle Vuanga se réjouit de la prise en compte de la parité

Loi électorale promulguée: Christelle Vuanga se réjouit de la prise en compte de la parité

Le 3 juillet, le Chef de l’Etat a promulgué la loi électorale qui devra régir les prochains cycles électoraux en République démocratique du Congo. Nouveauté, cette loi prend désormais en compte la parité et encourage  les partis politiques et regroupements politiques à constituer des listes électorales  qui prennent en compte la parité. “Chaque liste est établie en tenant compte de la représentation des femmes. La liste qui aligne 50% minimum de femmes dans une circonscription est exemptée du paiement du cautionnement”, indique l’article 13 de la loi électorale.

Christelle Vuanga, députée nationale et présidente de la Commission Genre famille et enfants s’est réjoui de cette évolution qui donne désormais plus de chances aux femmes et filles pour occuper des postes de décision.

Inscription ISJC

« Le fait que cette proposition d’amendement ait été retenu, c’est le couronnement d’un grand travail”, reconnait Christelle Vuanga. Depuis mars, la session parlementaire a été ouverte et doit se clôturer en septembre prochain. Cette session a consacré l’essentiel de son temps à l’analyse de la loi électorale en prévision des élections prévues en 2023. La commission genre de l’assemblée nationale a porté la voix des femmes et des filles pour que, pour la première fois, la loi électorale prenne en compte la parité.

“C’est un sentiment de joie de savoir que cette résolution pourra être utile à plus d’une femme. Je suis heureuse de contribuer humblement à ce grand combat de la participation politique de la femme congolaise. J’espère que chaque génération pourra poursuivre et améliorer le combat”, se réjouit Christelle Vuanga.

Plusieurs organisations nationales et internationales ont accompagné ce plaidoyer qui a abouti à ce résultat  ajoute la députée.

« Pour bien mener le plaidoyer, nous avions décidé de créer une dynamique interne et externe. La partie interne était composée des parlementaires, présidents des caucus, présidents des commissions et les députés. La partie externe des organisations féminines, des ambassades et je pense que toute la pression exercée à un certain niveau a aujourd’hui contribué à ce résultat », dit Christelle Vuanga

“Je remercie toutes les organisations qui ont été au premier plan de ce plaidoyer dont l’ONG Journalistes pour les droits humains qui a organisé des cadres de plaidoyer pour permettre les parlementaires et autres acteurs clés dont la société civile à harmoniser les vues. Il y a aussi le Cadre permanent de la femme congolaise, CAFCO et la Dynafec. Il est maintenant temps d’amener les femmes à s’approprier de cette loi en accentuant la sensibilisation des femmes politiques et non politiques”, a-t-elle ajouté.

Depuis mars 2022, le parlement de la RDC a lancé l’analyse de la loi électorale. Celle-ci a été initiée par le groupe des 13 parlementaires et a connu des améliorations dans la commission PAJ de l’assemblée avant d’être adoptée en plénière le 26 juin dernier.

Joana Byenda

Inscription ISJC

La Rédaction JamboRDC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.