Gratuité de l’école primaire : « Nous ne savons pas nous travaillons pour quel salaire » Jacques Cirimwami

Une semaine après la rentrée scolaire 2019-2020, au Sud-Kivu il s’observe l’effectivité de cette dernière qui a comme nouveauté, la gratuité de l’école primaire. Mais plusieurs écoles se demandent comment elles vont travailler sans frais de fonctionnement et sans connaitre le salaire de leurs enseignants. Des doutes relayés par le secrétaire provincial du Syndicat national des enseignants catholiques (SYNCAT) section du Sud-Kivu, ce 09 septembre 2019 au cours d’un entretien avec Jambordc.

D’après lui, c’est depuis le 02 septembre que les enseignants ont entamé le processus de la rentrée scolaire car ils ont été demandés de rentrer à l’école avec la promesse qu’ils seront payés.

« Nous sommes dans le dilemme car nous ne savons pas nous somme entrain de travailler pour quel salaire. Nous attendons la fin de ce mois pour savoir à quel prix l’enseignant sera payer », s’est interrogé Jacques Cirimwami.

Toutefois, notre source fait savoir que les signes qui s’observent n’augure pas espoir car dans nombreuses écoles selon les informations à l’extérieur comme en ville les enfants ne sont pas en train d’étudier.

« Les enfants sont en train de faire un enseignement oral car plusieurs écoles n’ont pas de craies. Que l’Etat congolais puisse prendre sa responsabilité et que la gratuite ne soit pas une théorie mais plutôt pratique et que l’état envoie aux écoles le frais de fonctionnement, qu’il cherche la solution aux travailleurs non payés », a-t-il dit.

A noter que, le SYNECAT prévoit ce 20 septembre, une rencontre évaluation de l’effectivité de la gratuité de l’enseignement tel que prôné par le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi Tshilombo.

Perrive Ampire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.