Est/RDC: l’UNPC exige des enquêtes après l’assassinat de quatre journalistes dans un écart de trois mois

L’Union Nationale de la Presse du Congo (UNPC) regrette d’enregistrer quatre assassinats des professionnels des médias à l’Est de la République démocratique du Congo dans un écart de trois mois.

Le président national de l’organe d’auto-régulation des médias, Gaby Kuba l’a fait savoir dans un point de presse tenu à Kinshasa mardi 17 août 2021, où celui-ci a annoncé que bientôt sa structure va décréter une journée sans presse sur toute l’étendue de la République, pour exiger la fin de ces actes inhumains contre les journalistes.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

En plus l’UNPC veut voir le gouvernement congolais faire des enquêtes et sanctionner conformément à la loi les auteurs des assassinats des journalistes à l’Est de la République démocratique du Congo et procéder à la protection des journalistes œuvrant dans les zones à conflits des guerres.

«Nous demandons au pouvoir public de protéger les journalistes. Nous allons saisir toutes les autorités pour déposer notre mémo et nos revendications,» a-t-il dit devant la presse.

Pour rappel les journalistes sont souvent victimes des agressions ainsi que des exactions physiques à l’Est de la République, tout particulièrement en Ituri, au Nord-Kivu, au Sud-Kivu ainsi qu’à Maniema.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

C’est ainsi qu’on a enregistré en date du 13 août 2021, la mort du journaliste Joël Musavuli directeur de la radio télévision communautaire Bucha émettant à Biakato dans la province d’Ituri.

Quelques jours  après, un autre cas d’assassinat d’un professionnel de média monsieur Héritier Magayane de la RTNC Rutshuru au Nord-Kivu, est intervenu le 7 août 2021.

Un peu plus tôt, Barthélémy Kubanabandu Changamuka, journaliste animateur à la Radio Communautaire de Kitshanga en territoire de masisi fut assassiné dimanche 9 mai 2021.

Suite à cette situation, l’organe d’autorégulation  des médias attend avec impatience les résultats des enquêtes et la fin de des ces atrocités contre les journalistes à l’Est de la République démocratique du Congo.

Philémon Mutula

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.