EPSP : « Les parents ne doivent empêcher les enseignants de réclamer leur droit à l’Etat », dixit Roger Matabaro (SYECO)

EPSP : « Les parents ne doivent empêcher les enseignants de réclamer leur droit à l’Etat », dixit Roger Matabaro (SYECO)

Le syndicat des enseignants du Congo (SYECO) du Sud-Kivu soutient la réclamation du salaire des enseignants à l’Etat congolais et invite les parents à se joindre aux enseignants dans toutes leurs démarches. Dans un entretien avec jambordc.info, vendredi 08 décembre, le secrétaire provincial du SYECO, a insisté sur la lutte collective à mener par tous les enseignants quelle que soit leur appartenance.

« Le problème est réel et concerne les enseignants de tous les réseaux catholique, protestant, kimbanguiste, musulmans, salutiste, et d’autres. Nous devons mener ensemble une action et ne pas penser que c’est seulement les enseignants catholiques et protestants qui réclament. Le droit au salaire est légitime. Un protocole était signé entre les enseignants et l’Etat congolais et non les parents. Les parents ne doivent pas empêcher les enseignants de réclamer leurs droits convenus avec l’Etat. Ils devraient accompagner les enseignants dans cette réclamation », a-t-il déclaré.

Inscription ISJC

Alors qu’un membre de l’association des parents des écoles conventionnées catholiques venait de condamner la décision des enseignants d’observer une journée sans enseignants décrétée le 7 décembre dernier en province, le SYECO rappelle que l’enseignement est l’une des obligations de l’Etat.

« Il faut savoir que nous sommes des agents de l’Etat et non des parents. Ces sont ces parent qui continuent à aider l’Etat. Jean Claude (membre de l’association des parents, NDLR) ferait mieux de sensibiliser ses collègues parents pour leur demander de se débarrasser de ce système de prime au lieu de nous empêcher de réclamer nos droits à qui nous devons les réclamer », a-t-il rétorqué.

Pour lui, le parent n’est pas un suppléant de l’Etat en matière de salaire et devrait s’interroger sur la prime qu’il paye à l’enseignant au lieu de répondre aux besoins familiaux.

« Est-ce que ces parents savent comment ils payent la prime ? (…) Ils ne doivent pas se substituer à l’Etat. Les parents ne doivent pas continuer à nous injurier qu’on nous paye doublement. Ils ne nous payent pas et ne devraient pas nous empêcher de réclamer nos droits auprès de l’Etat qui nous a engagés. Et si l’Etat congolais veut tuer les écoles publiques en faveur des écoles privées, qu’il le fasse officiellement et solennellement même devant l’assemblée », s’est-il indigné.

A en croire le SYECO, la décision de sécher les cours après la rentrée des grandes vacances est une initiative à encourager par tous les enseignants du fait qu’ « un défenseur de droit en est le détenteur lui-même ».

« Je demande aux enseignants de se préparer en conséquence. Aux autres syndicats de ne pas parler pour amuser la galerie mais On doit mener une action durable, une action qui va nous amener la solution. Sauf influence extérieure, si les camarades tiennent à ce que nous ne puissions rentrer après les vacances de Noël, ça vaut la peine de le faire pour montrer au pouvoir qu’il ne doit pas continuer à nous tromper. Le vrai défenseur d’un droit, c’est le détenteur lui-même », a-t-il expliqué.

Pour rappel, le 07 décembre dernier, les enseignants des syndicats catholique (SYNECATH) et protestant (SYNEP) ont décrété une journée sans enseignants sur toute l’étendue de la province du Sud-Kivu. C’était pour rappeler l’Etat congolais au respecte de ses obligations salariales des enseignants selon la convention signée entre les deux parties. Cet appel a été observé par les enseignants déplaisant certains parents qui estiment que les enseignants devraient se contenter de la prime qu’ils perçoivent mensuellement des parents.

Vave Ruhurumba Nelson

Inscription ISJC

Jambo1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.