Enlevée, Anuarite Bigomokero a été relachée après une rançon

Enlevée depuis 12heures le samedi 3 juin dernier, Anuarite Bigomokero, a été relachée la nuit de ce lundi à mardi 6 juin après payement d’une rançon par sa famille.

Selon une source proche de sa famille, les ravisseurs auraient exigé à la famille de transférer un montant de cinq mille dollars américains via airtel money avant 20heures, faute de quoi la victime serait tuée.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« Les ravisseurs nous ont appelés sur téléphone depuis ce dimanche, exigeant un montant de 5000$ pour la libérer. Ils nous ont mis en garde que s’il arrivait 20heures de ce lundi sans avoir envoyé cette somme, l’enfant allait être décapité», a rassuré un proche de sa famille à jambordc.info

A l’issue des négociations avec les kidnappeurs, la famille a payé mille cinq cent dollars américains, ce qui a conduit à la libération de la victime, retrouvée dans un état de santé anormal.

«Nous avons négocié jusqu’à 1500$ que nous avons transférés à ce numéro via airtel money ce lundi. Vers 22heures, ils nous ont indiqué l’enclos de l’église 8e CEPAC au quartier C où se trouvait l’enfant. Nous l’avons rencontrée complétement droguée et nous l’avons urgemment conduite à l’Hôpital général de Bagira pour des soins. Ce matin, nous l’avons visitée mais elle ne s’est pas encore retrouvée », a-t-elle déploré.

Notre source regrette les efforts déployés par sa famille dans les contacts avec les autorités provinciales et services administratifs sans aucun fruit.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« Nous avons contacté les autorités mais personne ne s’est impliqué. Un des services public nous a même  exigé 500$ pour nous permettre d’aller à la maison Airtel afin de rechercher l’identité de ce numéro. Nous avons été désolés. Si les autorités ne s’impliquent pas pour rechercher et punir ces malfrats, la population civile va continuer à subir pareilles atrocités », s’est-elle lamentée.

Elle invite toute la population de Bukavu à se prendre en charge et à s’investir pour dénicher et traquer les acteurs de cette sale besogne.

Jean-Marie Mulume

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.