Edito : Expulsion des congolais, Kinshasa très indigné !

Ils sont environ 200.000 ressortissants congolais, brutalement expulsés du territoire angolais depuis une dizaine de jours. Très attendue, la réaction des autorités congolaises est enfin tombée. Au cours d’une réunion du Conseil des ministres présidée  mardi 16 octobre par le Président Joseph Kabila, le Gouvernement congolais s’est dit totalement indigné par le comportement des dirigeants angolais.

Dans un compte-rendu lu par Lambert Mende, porte-parole de l’Exécutif et ministre de la Communication et des médias, Kinshasa reproche entre autres à Luanda, le fait de n’avoir pas respecté le principe sacro-saint d’information préalable, lorsqu’un Etat décide d’expulser de son territoire, des sujets étrangers.

Que l’Angola puisse chasser de son sol, des centaines de Congolais, personne ne devrait sans doute le lui reprocher. Tant il est reconnu à chaque pays, le droit légitime d’expulser de son territoire, les ressortissants étrangers en situation irrégulière. Les fameux ” sans-papiers “, pour ne pas emprunter du lexique de l’administration des pays du Nord.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Ce n’est pas parce qu’il s’agit d’un pays africain que cette ” chasse ” à l’homme doit être considérée comme un fait qui sort de l’ordinaire. Encore que ce ne soit pas la première fois que les dirigeants d’un pays africain se soient livrés à cette même opération. Il y a quelques années, le Congo-Brazzaville en face du pool, avait fait la même chose, en chassant des Congolais de Kinshasa vivant sur son territoire.

Cependant, il se pose un vrai problème en termes de conditions dans lesquelles sont menées ces expulsions. Si sur le plan diplomatique, Kinshasa déplore le fait qu’il n’ait jamais été informé au préalable, pour lui permettre d’aménager des sites d’hébergement des expulsés, des humanitaires embouchent la trompette pour fustiger le mauvais traitement réservé aux concernés. Car, des témoignages, des images renseignent à suffisance que ces centaines de Congolais ont été brutalisés et traités comme des bêtes de somme. Inacceptable !

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Ndabelnzéem

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.