Ebola à Ituri : L’OMS et l’UNICEF dénoncent l’assassinat de Papy Mahamba, agent de santé communautaire

L’organisation mondiale de la santé, OMS et le fonds des nations unies pour l’enfance, UNICEF, partenaires du secrétariat technique du comité multisectoriel de la riposte contre la maladie à virus Ebola et le Ministère de santé condamnent fermement les violences qui ont eu lieu la nuit du samedi 2 au dimanche 3 novembre 2019 à Lwemba, dans la province de l’Ituri au Nord-Est de la République démocratique du Congo.

Cette attaque a coûté la vie à un agent de santé communautaire commis à la riposte, laissant également sa femme dans un état critique avec des multiples blessures, avant de brûler sa maison d’habitation.

Les motivations des assaillants demeurent inconnues, cependant une enquête a été lancée ayant pour but d’élucider les motivations et l’éventuel lien des attaques avec la riposte de la maladie à virus Ebola, peut-on lire dans un communiqué ce dimanche 3 novembre 2019.

Ce communiqué renseigne qu’au moins trois cents cas d’attaques perpétrés contre l’équipe de la riposte d’Ebola ont été répertoriés par le secrétariat technique du comité multisectoriel de la réponse contre la maladie à virus Ebola depuis le 1er janvier 2019.

Ces attaques ont déjà été à la base de six décès et septante blessures. Ce même document affirme que les actes de violence à l’encontre des personnes impliquées dans la réponse à Ebola sont inacceptables et compromettent la capacité des agents de santé et des équipes de la riposte à fournir une assistance aux communautés touchées par les effets dévastateurs du virus Ebola.

L’OMS, UNICEF en collaboration avec le ministère de la santé et le secrétariat technique du comité multisectoriel de la riposte contre la maladie à virus Ebola ont annoncé leur étroite collaboration avec toutes les autorités compétentes y compris la Police nationale congolaise, PNC ; l’Agence nationale des renseignements, ANR, et les forces de l’armée congolaise, FARDC, pour veiller à ce que les auteurs de ces actes odieux soient traduits en justice par aussi rapide que possible.

D’ores et déjà, cette collaboration avec les autorités compétentes a produit des fruits puisque deux suspects ont été appréhendés.

Alpher Kalala

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.