Bukavu : Un ultimatum d’une semaine accordé aux autorités pour réhabiliter la route menant aux cimetières de Ruzizi

Quelques mois après l’arrêt des travaux de réhabilitation du tronçon routier quartier latin-Cimetières de la Ruzizi situé en commune d’Ibanda à Bukavu dans la province du Sud-Kivu, cette route continue de plus en plus à se dégrader et devient un calvaire pour certains habitants qui la pratiquent afin d’accompagner leurs défunts à leur dernière deumeure. Une situation que la société civile du milieu condamne avec une grande énergie. Ceci avant d’accorder un ultimatum d’une semaine aux autorités urbaines et provinciales pour reprendre avec les travaux de la réhabilitation de cette dernière. Cette structure citoyenne l’a dit dans un entretien avec jambordc.info ce jeudi 04 février 2021.

Selon son président Obedi Manvu, il est inconcevable de constater que malgré toutes les dénonciations et alertes faites par les acteurs de la société civile suite au délabrement très avancé de cette route, les autorités compétentes restent silencieuses et passives pourtant la situation n’est fait que d’empirer davantage.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« Nous sommes en train de decrier la dégradation de la route qui quitte quartier Latin vers les cimetières de la Ruzizi, ça fait déjà deux ans que nous décrions et dénonçons cette situation mais rien n’est fait et chose grave, plusieurs autorités en province notemment, le maire de la ville, l’autorité provinciale et le bourgmestre ont déjà effectué des descentes sur terrain pour s’enquérir de la situation mais en vain », regrette Obedi Manvu.

Ce dernier indique que la société civile de Nyalukemba ensemble avec la population se réserve le droit de procéder à des actions citoyennes de grande envergure si rien n’est fait dans un délai d’une semaine accordé aux autorités, à dater de ce mercredi 3 février 2021.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« Cette route étant d’intérêt général, mérite d’être réhabilité dans peu de temps, les travaux avaient débuté mais suspendus sans aucun motif valable. C’est pourquoi nous exigeons la reprise des travaux et si ça ne sera pas le cas, nous entamerons des actions citoyennes de grande envergure dès la semaine prochaine, car nous risquons d’enregistrer les dégâts humains sur cette route qui est devenu impraticable. Ceux qui se dirigent actuellement aux cimetières pour l’enterrement sont en train de laisser leurs véhicules au niveau du quartier Latin pour transporter la dépouille mortelle sur la tête et nous trouvons ça comme une malédiction pourtant cette route n’est même pas de 4 km pour ne pas être urgemment réhabilitée », poursuit-il.

Il sied de rappeler que les travaux de réhabilitation de cette route qui mène vers les cimetières de la Ruzizi avaient été lancés par la mairie de Bukavu sous financement du Programme de Développement Urbain (PDU) et suspendus après quelques jours de son exécution inachevée. Une situation qui inquiète plus d’un observateur qui ne jure qu’à sa réhabilitation.

Moïse Aganze

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.