Bukavu : Naissance de l’opération planche au quartier Nyalukemba

Bukavu : Naissance de l’opération planche au quartier Nyalukemba

Une autre forme d’insécurité récurrente s’est illustrée depuis décembre 2017 au quartier Nyalukemba en commune d’Ibanda dans la ville de Bukavu.

Dans la soirée, des jeunes circulent  les rues des avenues  comme Albert Kayabu, Evariste Baganda, Ikanga et Irambo munis des morceaux des planches dans lesquelles ils enfoncent des clous. Ils agressent  les passants qu’ils dépouillent après les avoir torturés.

Inscription ISJC

Le cas le plus récent est celui d’une femme grièvement blessée par ces bandits dans les escaliers reliant le rondpoint Feu-vert  à l’avenue Albert Kayabu, la nuit de mercredi à jeudi 4 janvier. Les sources proches de la victime renseigne qu’elle  venait du petit marché Feu vert où elle exerce de petites activités. Alors qu’elle regagnait son domicile aux environs de 20heures, ses bourreaux venaient derrière elle sans la moindre identification.

« D’un coup,  ils se sont jetés sur elle et ont réussi à lui arracher son sac à main après l’avoir blessée à la tête (…) Ce sont les passants qui l’ont reconnue et nous ont alerté. Nous l’avons conduite à l’hôpital, c’est ce matin qu’elle a délié sa langue pour nous parler », confie un des fils de la victime interrogé par Jambordc.info.

Les assaillants n’en sont pas à leur premier forfait. Une autre victime exerçant surplace  aurait été agressée la veille de la Bonne année à l’intérieur de sa boutique.

« Pendant que je remettais les articles à l’intérieur de la boutique, des  jeunes sont venus jetant des pierres sur les portes pour empêcher aux voisins de sortir. Ils ont emporté ce qui restait devant la porte et sont partis. Personne ne pouvait sortir de me venir au secours. J’ai été blessée à la tête et voilà que je me fais soigner au centre de santé de la Croix rouge », explique Christiane Linda, habitant l’avenue Evariste Baganda.

Dès lors, d’aucuns craignent pour les habitants de ces avenues qui « sont infiltrés » par des bandits difficile à dénicher. Ils demandent au service de sécurité de s’impliquer pour mettre hors d’état de nuire ces canailles.

Jean-Marie Mulume

Inscription ISJC

Jambo1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.