Sud-Kivu : SAJECEK-Forces vives déplore la recrudescence de l’insécurité, où la province a connu 22 cas de tueries en Octobre dernier

22 personnes tuées 16 maisons attaquées par des bandits armés 9 cas d’enlèvement et 5 cas de justice populaire, ont été notifié au cours du mois d’octobre dernier. Ce bilan émane du bulletin surprise de la Synergie des Associations des jeunes pour l’éducation civique électorale et la promotion des droits de l’homme (SAJECEK- forces vives), publié ce 12 novembre.

Cette structure citoyenne du Sud-Kivu, indique, que la persistance de l’insécurité devient de plus en plus une situation chronique dans la province où l’on dénombre les pertes en vies humaines et matérielles sans que les mesures efficaces soient prises pour arrêter l’hémorragie.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Selon les statistiques publiées par SAJECEK forces vives, sur les 22 cas de tueries la ville de Bukavu est en tête avec 5 cas, suivie du territoire de Fizi avec 4 personnes tuées. Les territoires de Kabare et Mwenga ont connu 3 cas de tueries de chacun, tandis qu’à Kalehe l’on a noté 2 de même qu’à Mwenga.

Malgré ces statistiques, SAJECEK forces vives, dit avoir noté une baisse significative contre les habitations dans la province a été observée en Octobre avec 16 cas par rapport au mois de septembre qui avait 29 cas.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Le même bulletin rapporte que comparativement au mois de septembre, le nombre d’enlèvement à considérablement augmenter en octobre passant de 2 à 9 cas tandis que le nombre de cas de justice populaire est resté constant et soulève toujours des questions sur l’efficacité du système judiciaire et la confiance de la population envers les institutions légales.

Par ailleurs, SAJECEK reste préoccupée car jusqu’à ce jour, un niveau élevé des cas liés à l’insécurité sont toujours enregistrés en province, situation qui devrait attirer une attention particulière des autorités, lit-on dans ce document.

JOSEPH ROLD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.