Sud-Kivu : Pour sa grande importance, le travail de la sage femme mérite tout l’honneur, l’accoucheuse Danielle MAKOMBE

Sud-Kivu : Pour sa grande importance, le travail de la sage femme mérite tout l’honneur, l’accoucheuse Danielle MAKOMBE

Les sages femmes à l’honneur ce 5 Mai. Leur travail est reconnu par l’humanité en cette date. Ces professionnelles de santé travaillent conjointement avec les femmes pour leur donner un appui essentiel, des conseils et des soins nécessaires au cours de la grossesse, lors de l’accouchement et dans la période post-partum.

Danielle MAKOMBE accoucheuse à la clinique RUHIGITA à Bukavu, a au cours d’un entretien avec jambordc.info affirme que le travail de la sage femme est très important et procédural. Dès la conception jusqu’àprès l’accouchement en passant par le moment d’accouchement, la sage femme a le devoir de suivre la femme enceinte et lui apporter toute l’assistance nécessaire.

Inscription ISJC

L’objectif étant de s’assurer qu’elle et son ou ses bébés ne courent aucun danger durant tout ce processus.

Pendant la période pré natale, l’accoucheuse suit sa patiente à travers les consultations prénatales. Ces dernières consistent au dépistage et prise en charge d’éventuelles pathologies comme l’hypertension artérielle, l’anémie, le paludisme, la syphilis, l’infection urinaire, l’infection par le VIH (virus responsable du Sida), la malnutrition, la carence en vitamines et micronutriments. A cela s’ajoutent les conseils qu’elle prodigue à la femme enceinte accès généralement sur les interdits alimentaires(alcool, cigarette et autres) sanitaires(automédication).

Pendant l’accouchement, cette professionnelle s’assure que les suivis fréquents de la grossesse sont effectués pour l’accouchement sécurisé de sa cliente.

Après l’accouchement, la sage femme se charge du suivi post partum. A ce niveau, il s’agit d’une étape clé qui doit se faire dans les 6 semaines après l’accouchement. Cette dernière visite médicale obligatoire permet de faire le point sur l’état de santé de la mère et de l’enfant afin de prévenir certaines malformations ou dysfonctionnements.

Des difficultés des sages femmes

Malgré leur travail noble, DANIELLE MAKOMBE note quelques difficultés dans l’exercice de leur métier.

Il s’agit tout d’abord des informations jugées de la rue qui plongent plusieurs femmes enceintes dans une négligence et imprudence innopportunes.

“Nous faisons face à plusieurs femmes enceintes qui écoutent les informations sans fondement de celles qu’elles estiment ayant de l’expérience. Ces dernières se livrent sans souci à l’automédication pour semble-il réduire la durée des contractions lors de l’accouchement, pourtant c’est rien d’autre qu’une fausse conception. Après quand elles font face à des complications c’est sur nous que ça tombe ce qui est déplorable” confie DANIELLE.

Elle fait savoir que dans une deuxième catégorie figurent les femmes qui préfèrent boycotter les consultations prénatales(CPN) sous prétexte qu’elles ont déjà de l’expérience.

“Plusieurs mamans font semblant d’ignorer le rôle des CPN et préfèrent ne pas les suivre. Il est difficile de connaître le cas particulier d’une femme qui n’a pas été suivie en CPN. Cela est un grand problème lors de l’accouchement surtout si sa grossesse a connu des complications particulières. Nous ne savons pas agir rapidement n’ayant pas fait ce suivi” explique Danielle Makobe.

A elle d’ajouter qu’en troisième position, d’autres femmes ne sont pas coopératives lors de l’accouchement. Celles ci ne suivent pas des injonctions qu’on leur donne sur la conduite à suivre (dormir d’un côté et non pas l’autre par exemple) elles manifestent une résistance qui n’a même pas sa raison d’être. Cela peut nous plonger dans des ratés qu’on aurait pu éviter.

DANIELLE renseigne que la grossesse est un trésor, malgré plusieurs difficultés auxquelles elles font face, elles ne vont pas arrêter. Elles vont aider autant de femmes que possible à embrasser chaleureusement leurs bébés. Car à l’en croire, cela est leur passion.

Notre source souhaite surtout la collaboration des femmes dans cette noble lutte.

Joyce KALUMUNA

Inscription ISJC

La Rédaction JamboRDC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.