Sud-Kivu : La FSC promet d’entérer la machine à voter le mardi 18 septembre à Bukavu

La machine à voter, l’une des innovation de la nouvelle loi électorale en RDCongo, reste contestée par certains acteurs sociaux et politiques, parties prenantes au processus électoral en cours au pays. En province du Sud-Kivu, l’enterrement symbolique cet outil informatique intervient mardi 18 septembre prochain à Bukavu. La confirmation est du Rapporteur provincial de la Fédération de la société civile congolaise (FSCC) du Sud-Kivu.

« La cérémonie d’enterrement de la machine á voter, á voler, á tricher aura lieu le mardi 18/09/2018 au cimetière de la Ruzizi á BUKAVU. Une initiative de la Fédération de la Société Civile du Sud kivu en collaboration avec les Mouvements Citoyens et les Partis Politiques acquis au changement et á une élection libre, inclusive et transparente », a confirmé Maitre Fabrice Tembeze, Rapporteur provincial de la FSCC, joint au téléphone par la rédaction de Jambordc.info.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Par cet acte, les acteurs sociaux entendent exiger à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) l’organisation des scrutins du 23 décembre 2018 sans cet outil qu’ils qualifient de « machine à voler ».

« Nous sommes décidés à tout mettre en œuvre pour bloquer l’utilisation de cette machine. Nous voulons exprimer notre désir de voir la machine être élaguée du processus électoral pour permettre la transparence dans ce processus et éviter le pire lors des contestations », a-t-il expliqué.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Pour eux, la centrale électorale devrait mettre de côté cet outil objet de « plusieurs contestations », faute de quoi la CENI devra assumer les conséquences.

« A travers cet acte, nous pensons que la CENI va devoir faire preuve de sagesse et de responsabilité en écartant la machine qui fait déjà état des plusieurs contestations. Au cas où la Ceni reste catégorique, nous rappelons qu’elle sera seule responsable de tout ce que cette machine pourra entrainer dans ce pays », prévient le Rapporteur.

Ces acteurs mobilisent déjà le peuple congolais à se joindre à eux « pour dire non à cette machine ».

« Le lieu de rencontre de toute la population, c’est au Rond point ISP/Bukavu à 9h. Merci de prendre part à cette activité pour dire non à la machine qui risque de plonger notre cher pays dans un chaos indescriptible, un chaos sans non », conclut-il.

Jean-Marie M

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.