Rutshuru : Violences intracommunautaires à Kiwanja, l’administrateur plaide pour un dialogue

Les violences intracommunautaires ont créées bien des morts que des troubles dans la cité de Kiwanja. Les membres des communautés Hutu et Nande, s’entretuent. Les premières enquêtes font savoir qu’il s’agit des manipulations politiciennes.

À l’espace d’une semaine vingt personnes ont été tuées autour des agglomérations de Rutshuru et Kiwanja, dans le territoire de Rutshuru. Des sources administratives du territoire de Rutsthuru affirment que ces meurtres sont consécutives aux tensions observaient ce derniers temps entre les Nandes et Hutus.

De son côté, la mission onusienne MONUSCO exécutée ce 30 octobre dernier, a pu dénombrer le weekend dernier 14 Nande tués et 7 hutus dans la période qui couvre cette crise. Elle a également soulevé la multiplication des cas de kidnappings.

Les membres de ces deux communautés, de part et d’autres, par différentes déclarations faites à la presse dénoncent la manipulation politicienne de la jeunesse. Les membres de ces deux communautés tribalo-ethniques cohabitent depuis des années malgré leurs différents. D’ailleurs la situation s’améliorait avant que ne surgisse ces tueries dont les causes ne sont jusque là pas encore été bien élucidées.

Lors de sa rencontre avec la mission onusienne ce même 30 octobre à Rutsthuru, l’administrateur du territoire a suggéré un dialogue à Rutsthuru avec des experts en résolution des conflits. Ceci avant de souligner que l’incompréhension entre Nande et Hutu serait dû à la présence de certains éléments du groupe rebelle FDLR qui se sont ralliés à certaines familles dans la chefferie de Bwisha.

Justin Mukanya a également demandé à ce que toutes les parties prenantes dans le processus de restauration de la paix dans le Rutsthuru puissent se mettre autour d’une même table afin de découvrir la provenance d’autres familles, qui habitent le camp des déplacés de Nyongera. La présence de ces familles seraient à la base des querelles entre les deux communautés, selon une opinion.

Le gouvernement provincial du Nord Kivu qui voit déjà le mal de loin, met en garde tous politique qui serait impliqué d’une façon ou d’une autres dans l’attisement ces conflits. Il annonce déjà que des enquêtes sérieuses seront menés. Afin de dénicher les causes réelles de cette crise.

Augustin Sadiki

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.