RDC-Ass.Nat : Ouverture de la Session de mars 2022, Christophe Mboso appelle au respect de l’indépendance de la CENI

RDC-Ass.Nat : Ouverture de la Session de mars 2022, Christophe Mboso appelle au respect de l’indépendance de la CENI

L’Assemblée Nationale a ouvert ce mardi 15 mars 2022 la session de Mars. Lors de la cérémonie d’ouverture de cette session, le président de la chambre basse du parlement, Christophe Mboso a mis un accent particulier sur les contraintes évoquées par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) dans sa feuille de route en prélude des élections de décembre 2023. Mboso a rassuré que ces contraintes légales et sécuritaires seront abordées au cours de cette nouvelle session parlementaire de mars.

“Sans doute ce débat risque de s’inviter à l’Assemblée nationale où seront examinées au cours de cette session d’une part la proposition de loi modifiant et complétant la loi électorale et d’autres part le rapport annuel de la commission électorale nationale indépendante en application de l’article 28 de sa loi organique”, a déclaré Christophe Mboso dans son discours d’ouverture de cette session.

Inscription ISJC

Ce dernier a par ailleurs appelé les institutions de la République et d’autres structures à respecter l’indépendance de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI).

“Eu égard aux impératifs qui entourent la tenue d’un processus électoral crédible et apaisé, j’exhorte les institutions et autres structures au respect de l’indépendance de la commission électorale nationale indépendante, son autonomie administrative et financière ainsi que la loi organique qui lui confère et de contribuer aux efforts tendant à lever tout obstacle sécuritaire, et financier susceptible d’avoir un impact sur l’organisation du processus électoral prévu en 2023”,a-t-il poursuivi.

Selon nos confrères d’Actualité.cd, lors de la présentation de sa feuille de route, le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante, Denis Kadima avait averti révélé les contraintes auxquelles il faut vite donner des solutions pour parvenir à organiser les élections en 2023. Parmi ces contraintes, il y avait le retard dans le financement des opérations électorales, la volonté politique, la production à temps des lois essentielles (réforme électorale), la mutualisation des opérations d’identification et de recensement avec l’enrôlement des électeurs qui doit être faite sans lenteur pour respecter le délai constitutionnel.

Rédaction

Inscription ISJC

La Rédaction JamboRDC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.