Martin Fayulu: “Le combat se poursuit, nous voulons une élection sans machine à voter»

Le combat se poursuit, nous voulons une élection sans machine à voter», tels ont été les premiers mots après la désignation de l’outsider Martin Fayulu, 62 ans, prétendant à la succession du président Joseph Kabila.

Martin Fayulu est passé sous les feux de la rampe pour instaurer un rapport de forces avec le candidat du pouvoir, le très bouillant Emmanuel Ramazani Shadary affectueusement surnommé par les siens ” coup sur coup”.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Pour réussir ce pari, les sept de Genève ont délivré une feuille de route à leur candidat commun, en réaffirmant d’abord leur «détermination» «à participer, dans le cadre de la coalition Lamuka (Se réveiller, en lingala), aux élections prévues le 23 décembre 2018».

Cependant, cette coalition «poursuivra sans relâche le combat pour l’abandon de la machine à voter, le nettoyage du fichier électoral et la décrispation politique pour des élections libres, transparentes, inclusives, crédibles et apaisées».

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Dans les six semaines, l’opposition demande donc aussi à la commission électorale de radier plusieurs millions d’électeurs sans empreintes digitales du fichier électoral.

Eugide Abalawi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.