Kabare: la NDSCI dénonce la violation des droits humains dont est victime la population dans différents commissariats de la police

La société civile noyau territorial de Kabare dénonce la violation des droits humains dont sont victimes les habitants de cette partie de la province du Sud-Kivu dans différents commissariats.

Le cas le plus récent est celui du commissariat de la police de Katana qui vient de dépasser la barre rouge.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Dans un délai de 3 mois, cette structure citoyenne vient d’identifier 22 cas cas d’arrestation arbitraire, 47 cas de détention illégale, Des amandes exorbitantes et plusieurs autres cas de violation des droits humains dans les sous commissariats de cette entité.

Le lundi 12 juin dernier, 4 enfants mineurs ont passé 5 jours au cachot et le commissariat de Katana ne jure que leurs familles donnent de l’argent avant de les libérer, tel que renseigne Monsieur Innocent Muhingwa président de la Nouvelle Dynamique de la Société civile (NDSCI-CHUNVI ya Congo) noyau territorial de Kabare.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Signalons que,
Cette structure citoyenne demande aux autorités policières de retirer le commandant connu sous le nom de AMANI FUNDI qui ne jure qu’à cueillir l’argent même sur les innocents. Ceci en violant les droits humains.

Angèle Kalulu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.