Edito: Solange Lusiku, le surprenant départ d’une grande plume

“L’ homme n’est pas le maître de son souffle”, dixit les Saintes Écritures.

La journaliste, éditrice et directrice du Journal Le Souverain Libre, a tiré sa révérence le samedi 13 octobre 2018, à l’hôpital Monkole de Mont Ngafula, dans la Ville-Province de Kinshasa.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Joviale, enthousiaste, taquine…, la Directrice de Le Souverain Libre s’est illustrée par son dévouement et son amour du travail bien fait.

On retient d’elle sa maitrise du métier du Journalisme qu’elle a eu à exercer tout au long de sa carrière.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

C’est d’ailleurs riche de cette expérience que cette journaliste de talent a rédigé des éditoriaux qui ont accru davantage sa renommée. Ajouter à cela des tribunes d’expression et sa lutte pour la cause de la femme.

Solange Lusiku a débuté sa carrière à la Radio Maendeleo. Plus tard, elle rejoint la radio Maria, de l’archidiocèse de Bukavu où elle va être la première présentatrice attitrée du journal parlé avant de devenir directrice des programmes.

Comme aux âmes bien nées la valeur attend point le nombre d’années, Solange Lusiku devient la première femme du Sud-Kivu à se lancer courageusement dans la presse écrite.

Elle va créer le journal Le Souverain. Elle était la présidente provinciale du comité sectionnaire de l’UNPC Sud-Kivu de 2000 à 2014.

Grâce à ses talents, elle rafle plusieurs prix et des distinctions au niveau international dont un doctorat Honoris causa de la prestigieuse Université de Louvain en Belgique.

Membres de plusieurs associations des femmes, Solange Lusiku meurt en qualité de vice-présidente nationale de l’UNPC. Elle laisse sept orphelins dont deux garçons, et 5 filles.

L’équipe rédactionnelle de Jambordc.info présente ses sincères condoléances aussi bien à la famille biologique de l’illustre disparue qu’à l’ensemble des journalistes du journal Le Souverain Libre.

Eugide Abalawi Ndabelnze

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.