Bukavu : PPI réfléchit avec les défenseurs des droits de l’Homme sur la réforme de la loi sur la liberté de la presse

Bukavu : PPI réfléchit avec les défenseurs des droits de l’Homme sur la réforme de la loi sur la liberté de la presse

Discuter des améliorations à apporter sur la loi n°96-002 du 22 juin 1996 fixant les modalités de l’exercice de la liberté de la presse c’est l’objectif de l’atelier tenu ce mercredi 17 Août 2022 par l’organisation Partenariat pour la Protection Intégrée (PPI)

Selon Pascal Mupenda chargé des programmes à PPI, cette loi mérite une réforme vu les insuffisances des certaines de ses dispositions, d’où le pourquoi des ces assise.

Inscription ISJC

Arnold Nyaluma professeur d’université en droit et l’un des orateurs du jour a fait allusion à la notion d’autorégulation des médias. Pour lui, le journaliste ne doit pas être inquiété dans sa mission régalienne de collecte, traitement et diffusion des informations. Si un professionnel de média connait un dérapage dans son métier, qu’il soit interpellé et même puni par les organes de régulation des journalistes comme l’Union Nationale de la Presse du Congo(UNPC) ou le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) et pas nécessairement par les instances juridique.

Pour sa part Me Paterne Murhula Batumike secrétaire général académique de l’Institut Supérieur des Sciences de la Communication et de l’Information(IFSCI) est revenu sur la notion de dépénalisation des délits de presse souhaitable dans la réforme sollicitée de cette loi.

Sans pour autant impliquer l’immunisation du journaliste face aux faits infractionnels, cette procédure renforcerait plutôt la liberté de la presse et surtout mettrait le journaliste face à sa responsabilité sachant que bien qu’epargner de la pénalisation, il est toujours prédisposé à être sanctionné par les prédispositions de son métier de journaliste.

Sachez que près de 441 cas des délits et violations des droits de l’Homme ont été répertoriés par PPI en 2021 dont 14 cas d’assassinats à en croire Jonathan Magoma officier de plaidoyer et protection à cette organisation de défense des droits humain.

Il importe de signaler que cette activité s’est tenue dans la salle de réunion de l’hôtel Panorama situé à labotte en commune d’Ibanda.

Joyce KALUMUNA

Inscription ISJC

La Rédaction JamboRDC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.