Bukavu: La société civile de Cikonyi dénonce la majoration du prix du transport en commun par les conducteurs des motos tricycles de l’axe Brasserie – Place de l’indépendance

La société civile sous-noyau de Cikonyi en commune de Bagira dans la ville de Bukavu au Sud-Kivu, dénonce la majoration du prix des frais de transport en commun sur l’axe Brasserie-Place de l’indépendance par les conducteurs des motos tricycles. Cette dénonciation est contenue dans une dépêche rendue publique ce mardi 21 Septembre 2021 et dont copie est parvenue à la rédaction de Jambordc.info.

Selon le Président de cette structure citoyenne Blaise Musole qui a signé cette dêpeche, fai savioir que sa structure condamne la pratique de certains motards et conducteurs des engins à 3 roues communément appelés “Bajaj” qui s’érigent en fixeurs de prix du transport selon leur gré. Ceci en défaveur de la population.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

” Chaque motard de bajaj se donne le droit de fixer le prix de transport à son gré. Sur un tronçon de moins de 4 kilomètres, la population ne sait plus combien coûte exactement la course Brasserie jusqu’à la place de l’indépendance parceque le matin on fait payer 500 francs congolais; vers midi 300FC et encore le soir 500 FC. Lorsqu’il y a embouteillage le prix c’est 500FC, quand il pleut ou il y a changement atmosphérique 500FC une véritable anarchie”, lit-on dans cette dépêche.

Dans ce document, le sous-noyau de la societé civile de Cikonyi se dit étonnée de l’injustice à ce niveau. Puisque, sur une distance estimée à 8 kilomètres soit de la Place de l’indépendance à Bagira. Le prix à payer dans le bus de transport en commun équivaut le même que sur ce tronçon estimé à 4 kilomètres. Pendant que de la Place de l’Indépendance au Rond-point Major Vangu, on fait payer 300FC dans les mêmes engins tricycles quelques soient les circonstances ainsi que l’heure.

Notre source appelle le maire de la ville à instruire dans l’ultime urgence les responsables des conducteurs de Tricycles et les autres responsables œuvrant dans le secteur du transport en commun, de régler cette situation.
Sinon, ils promettent de mener des actions citoyennes de grandes envergures en vue de réclamer que justice soit faite.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Alpher Kalala

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.