Bukavu : la NDSCI lance la campagne « Congo ni yetu wote» et adresse une pétition au Président de la République

La nouvelle dynamique de la société civile (NDSCI) a lancé la campagne dénommée « le Congo nous appartient tous » ce vendredi 1er février 2019. Ceci pour revendiquer certains droits pour améliorer les conditions de vie de la plus part des congolais qui vivent dans une misère extrême.

Selon le constat fait par la NDSCI, il existe une fosse entre une petite minorité principalement les dirigeants politiques et leurs proches  et la très grande majorité de congolais jusqu’à créer de profondes frustrations au sein de la communauté mettant en mal l’union et la cohésion sociales.

«La République démocratique du Congo est scandaleusement riche. Mais la population congolaise vit dans une misère extrême. C’est seulement ceux qui sont au pouvoir et leurs proches qui profitent de la richesse de notre pays (…) comment comprendre qu’on donne a un député un salaire d’environ 15 000$ le mois et en même temps on donne a un enseignant ou un policier 80$ ? C’est très injuste et il faut que cela change… », se demande Jean Chrysostome Kijana, Président national de la nouvelle dynamique de la société civile.

A cette occasion, la nouvelle dynamique de la société civile initie une pétition qui est  la plus grande et première action adressée directement à Félix Tshisekedi Tshilombo, Président de la République, pour demander qu’on puisse réduire le train de vie des autorites publiques au bénéfice de tous les congolais.

Cette structure citoyenne sollicite ainsi l’adhésion de l’ensemble de la population congolaise en signant cette pétition qui sera disponible à bureau situé sur avenue Patrice Emery Lumumba dans la commune d’Ibanda et dans toutes les provinces du pays.

Rachel Rugarabura

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.