Insécurité à Beni : La marche de la population réprimée par les forces de la police

Dans une manifestation organisée par la société civile de Beni ce 07 Août 2019 pour exiger l’implication de la MONUSCO dans la situation sécuritaire dans leur territoire, la police vient de disperser ces manifestants à l’aide du gaz lacrymogène. Cette répression fait état des plusieurs blessés parmi lesquels un journaliste et deux manifestants

Les manifestants sont venus de localités d’Oicha, Mavivi, Eringeti, Mbau. Le mémorandum a été déposé à la base de la Monusco. Sur leur calicot on pouvait lire, “que la MONUSCO quitte la RDC. Trop c’est trop…”

Pour certains manifestants, la MONUSCO ne devrait pas ordonné à la police de disperser une centaine de personnes, vu que la marche était pacifique. 

“Ce ne pas parce que la population ne sent pas la présence de la MONUSCO qu’elle doit ordonner de nous disperser. Nous avons droit de manifester. Le sang de nos frères est versé par des assaillants mal identifiés jour et nuit. Et pourtant, cette MONUSCO est toujours présente ici et nous trompe qu’elle sécurise la population. Voilà, une marche pacifique qu’elle vient de disperser où nos frères sont blessés…”, S’indigne un manifestant.

Signalons qu’en date de ce 6 Août, les femmes prestataires de soins de santé à Oicha étaient aussi dans la rue. Elles se disent être traumatisées par les tueries génocidaires qu’elles enregistrent dans leurs prestations.

Rachel Rugarabura, JRI

2 thoughts on “Insécurité à Beni : La marche de la population réprimée par les forces de la police

  1. Pourquoi l’état congolais ne pouvais pas s’impliquer dans le dossier de ses insécurités repetitives qui se déroule jour et nuit dans ce milieu?que l’etat congolais dévoile s’il avait déjà vendu cette partie dela rdc au lieu de mettre nos confrères en insécurite du jour le jour.

  2. LE PAYS ETAIT DIVISE DE 1998 A 2002 ET LE POUVOIR GOUVERNEMENTAL ETAIT PARTAGE AVEC LES GROUPES REBELS PAR L’ACCORD DE LUSAKA A PARTIR DE 1999. CELA ETAIT LIE A LA FAIBLESSE DE KINSHASA QUI FINALEMENT S’EST COUVERT PAR DES NEGOTIATIONS. CONSEQUEMMENT, IL N’Y A EU NI PERDANT NI GAGNANT, MAIS EN REALITE C’EST LE GOUVERNEMENT CENTRAL QUI A PERDU, ET CETTE DEFAITE SE TRADUIT JUSQU’AUJOURD’HUI A TRAVERS LA MISERE DU PEUPLE, LA LOI DE LA JUNGLE, L’EXPLOITATION DU PEUPLE PAR LES GOUVERNANTS, ET L’EXPLOITATION ILLICITE DE LA RDCONGO PAR DES GOUVERNEMENTS ETRANGERS FORTS. LE M23 NE CONSTITUE PLUS UN PROBLEME PARCE QUE KINSHASA L’A GAGNE. CEUX-LA PAR CONTRE QUI FLECHISSENT KINSHASA DANS DES NEGOTIATIONS SONT EN MEME TEMPS CEUX QUI DETIENNENT LA DECISION SUR LES AFFAIRES AU-DESSUS DES GOUVERNANTS. ILS MOBILISENT DES TROUBLES POUR QU’ILS SE RENDENT UTILES AU GOUVERNEMENT PROCHAIN, MALHEUREUSEMENT FELIX NE COMPREND PAS ENCORE QUE CA FINIRA PAR BALKANISER LE PAYS. QUI VIVRA, VERRA. KINSHASA DOIT DEVENIR FORT POUR L’EVITER.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.