Sud-Kivu : 53 personnes tuées et des cas d’enlèvement en février, révèle SAJECEK Forces vives

Dans son bulletin n°49, la Synergie des associations des jeunes pour l’éducation civique, électorale et la promotion des droits de l’homme (SAJECEK Forces vives) dresse un tableau sombre sur la sécurité dans la province du Sud-Kivu au cours du mois de février 2018. Pour cette structure citoyenne, 53 personnes tuées, 139 maisons attaquées et 82 cas d’enlèvement enregistrés au cours du mois de février.

La ville de Bukavu vient en tête avec 15 cas de tuerie, 65 cas de maisons et véhicules attaqués, 2 enlèvements et 5 cas de justice populaire.

Dans les territoires, 38 cas de tuerie dont 11 à Kabare et Walungu, 74 maisons et véhicules attaqués dont 31 dans le territoire de Walungu. 80 cas d’enlèvement dont 79 dans le territoire de Shabunda et 4 cas de justice populaire dont 2 dans le territoire de Mwenga.

« Rien ne peut justifier l’inaction des autorités par rapport à toutes les tueries que la province est entrain de connaitre actuellement », déplore SAJECEK estimant que « l’important n’est pas de chanter avec pompe Tujikinge mais plutôt d’arriver à protéger efficacement la population en entreprenant  des actions concrètes ».

A noter qu’au mois de janvier, cette structure avait rapporté 37 cas de
tueries et 86 maisons attaquées.

Au vue de ce rapport, « La vie humaine a-t-elle une valeur aux yeux des autorités de la province ? », s’interroge SAJECEK.

Evariste Murhula

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fr_FRFrench
fr_FRFrench